Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 22:14

Ou de la bonne utilisation d'Internet.  

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Questions d'actualité
commenter cet article
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 09:56

A la veille de la Grande Manifestation du 26 mai, un important message à méditer de Mgr Aillet, évêque du diocèse de Bayonne.

A trois reprises, je vous ai écrit à propos du dit « mariage pour tous ». Sans doute le Conseil Constitutionnel a-t-il donné le 17 mai un avis favorable et le Président de la République s’est-il empressé, dans la foulée, de promulguer la loi Taubira.

Je me risque toutefois à vous adresser encore un message pour vous inviter à prendre la mesure de ce qui se passe en France depuis neuf mois et qui me semble sans précédent. La vague d’opposition au mariage et à l’adoption pour tous n’a cessé de s’amplifier depuis que le Cardinal André Vingt-Trois invitait les catholiques de France à prier pour le mariage et la famille, le 15 août dernier.

Il s’agit, à n’en pas douter, d’un mouvement social unique dans la France de ces dernières décennies :

-  par son ampleur. Jamais les français ne s’étaient mobilisés en aussi grand nombre : 1 million le 13 janvier, et selon toute vraisemblance, 1 million 4, le 24 mars à Paris. Sans compter les manifestations régionales et les multiples rassemblements quasi quotidiens, ici ou là.

-  par sa diversité. Ce sont des français de toutes conditions sociales, confessions et sensibilités politiques, qui se sont mobilisés et pour qui la rue a été le creuset d’une fraternité inédite.

-  par son caractère intergénérationnel. Toutes les générations se sont retrouvées engagées dans le même combat : grands-parents, parents, enfants… mais aussi de très nombreux jeunes de la génération JMJ et dont l’engagement est particulièrement remarquable. Au fond, ce sont les familles qui sont descendues dans la rue pour défendre la famille, face à des décideurs qui, il faut bien le dire sans les juger pour autant, n’ont plus beaucoup l’expérience de ce qu’est le mariage ou la famille.

-  par son contenu. Il ne s’agissait pas de revendiquer des intérêts particuliers mais de défendre le « Bien commun » de la société, qui est tout autre chose que la somme des biens particuliers qui mettent des individus et des groupes en concurrence et provoquent des divisions – c’est bien ce que la revendication d’une ultra minorité de citoyens a engendré dans la société française ces derniers mois ; ce Bien que tous peuvent rechercher en commun, car il peut seul garantir à tous, sans exception, les droits fondamentaux de la personne humaine, tel que le droit à être reconnu comme un homme ou une femme, ou encore le droit d’un enfant, né d’un homme et d’une femme, à se référer à ses origines et à être élevé par un père et une mère.

-  par son caractère non institutionnel. Ce ne sont ni des partis, ni des organisations professionnelles, ni des confessions religieuses qui ont pris l’initiative d’organiser ces manifestations, même si tous sont les bienvenus : élus, militants politiques, religieux, simples citoyens etc. Jusqu’à ce jour, malgré des manœuvres évidentes, ces manifestations n’ont pu être récupérées par aucun parti politique comme si, sans nier l’engagement honnête de nombreux hommes politiques, les partis, d’ailleurs divisés sur la question, ne parvenaient plus à emporter l’adhésion des citoyens.

-  par son caractère pacifique et responsable. Contrairement à ce qu’on a bien voulu dire, le mouvement n’a conduit à aucun débordement de violence : ni vitrine cassée, ni voiture renversée, ni policier hospitalisé. Cette vague d’opposition a même engendré, parmi ses plus beaux fruits, le mouvement des veilleurs qui se multiplient dans de nombreuses villes de France pour manifester, dans le silence, l’écoute de textes fondamentaux et la non violence, la profondeur de leur conscience. « Je veille », disait naguère le bienheureux Jean Paul II, « cela veut dire : je m’efforce d’être un homme de conscience. Je n’étouffe pas cette conscience et je ne la déforme pas ; j’appelle le bien et le mal par leur nom, je ne les confonds pas ; j’accrois le bien en moi et j’essaie de corriger le mal, le surmontant en moi-même ». Là se trouve le prélude véritable à une action politique digne de ce nom.

-  par son respect des personnes. Le mouvement a été porté par une argumentation fondée en raison, qui conteste l’inscription dans la loi du mariage entre personnes de même sexe en vue d’adopter des enfants, mais n’a en aucun cas stigmatisé quiconque. Faut-il rappeler qu’il n’y a discrimination que lorsqu’on traite différemment des personnes dont la situation est identique : or il y a une différence fondamentale entre un couple de personnes de sexes différents et un couple de personnes de même sexe, car dans un cas il peut engendrer, et dans l’autre pas. Au fait, n’y a-t-il pas une discrimination plus grande encore à réduire une personne à son orientation sexuelle ? Il n’y a pas des homosexuels, il y a des hommes et des femmes qui peuvent avoir une orientation homosexuelle, qu’ils n’ont pas nécessairement choisie, mais dont l’identité est plus large que leur orientation. Et une personne a toujours droit a être respectée : il me semble que « la manif pour tous » a toujours condamné toute forme de rejet et de violence envers une personne, en raison de son orientation sexuelle.

-  par l’importance de la prière qui enveloppe tout ce mouvement. S’il s’agit d’abord d’une démarche citoyenne, apolitique et aconfessionnelle, jamais les catholiques n’auront autant supplié le Seigneur publiquement, ou bien dans le secret des cloîtres et des cœurs, de venir en aide à la France en cette période troublée de son histoire.

Unique aussi et sans précédent par le traitement dont ce mouvement a bénéficié de la part des pouvoirs publics et de la grande presse :

-  mensonges sur les chiffres pour tenter de minimiser l’ampleur populaire du mouvement dans l’opinion publique.

-  silence délibéré de la plupart des grands media, se rendant ainsi complices de l’Etat et des lobbies minoritaires qui ont défendu ce projet.

-  répression policière disproportionnée, n’hésitant pas à faire usage de la force, voire de la violence, à l’encontre de manifestants désarmés et pacifiques.

-  mépris du peuple par un gouvernement qui prétend être sur le terrain et à l’écoute de la rue. C’est un peu le monde à l’envers : héritiers directs de ces étudiants qui lançaient des pavés sur les CRS en mai 68, nos ministres ne se déplacent plus sans la présence de CRS en nombre pour se protéger de groupes inoffensifs, qui n’ont pour arme que leur présence tapageuse, leurs banderoles et leur voix.

-  Passage en force de la loi, quand bien même l’opinion publique est en train de basculer : 56% des français interrogés par les Instituts de sondage ne sont pas favorables à la loi Taubira, ce qui la fait reposer sur un socle démocratique bien fragile. Sans aucun doute les réseaux sociaux ont permis à ce vaste mouvement populaire de faire connaître la vérité à de nombreux citoyens privés d’informations objectives.

Je tiens à le dire : la loi Taubira n’est pas juste et la manière dont elle a été imposée aux français n’est pas juste non plus. La poursuite du mouvement d’opposition est donc pleinement légitime, non seulement parce qu’il est légitime de demander l’abrogation d’une loi qui est contraire à la conscience, mais encore parce que cette loi en cache d’autres à venir inéluctablement, au nom même du principe de non discrimination qui fonde toute cette législation en France et en Europe : je veux parler de la reconnaissance de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les couples de lesbiennes et de la Gestation Pour Autrui (GPA) pour les couples gays. En outre, il est évident que le mariage pour tous n’est qu’une étape vers la mise en œuvre généralisée de « l’idéologie du gender » qui est le véritable mobile de ce « changement de civilisation », comme l’attestent les programmes imposés de l’Education nationale et qui passeraient du coup presque inaperçus.

Comme citoyen, je soutiens la poursuite du mouvement et la manifestation nationale du 26 mai à Paris. Comme évêque, je ne peux, chers diocésains, qu’encourager ceux d’entre vous qui le peuvent et qui le jugent bon en conscience, à participer à cette manifestation, où je compte vous rejoindre. La manifestation reste en effet un moyen valable, dans le cadre d’une démocratie participative, pour faire entendre sa voix.

Dans la mesure où cette manifestation demeure, dans son organisation, apolitique et aconfessionnelle, pacifique et respectueuse des personnes, j’appelle donc à manifester pour :

-  Demander le retrait ou l’abrogation d’une loi injuste et préjudiciable, non seulement à l’intérêt de l’enfant, mais à la cohésion sociale déjà si fragilisée.

-  attirer l’attention de nos concitoyens sur la gravité des menaces qui pèsent sur l’avenir de notre société : généralisation de l’idéologie du gender, extension de la PMA et de la GPA aux couples homosexuels, politique familiale en régression.

-  encourager ceux qui se sont mobilisés durant des mois et dont l’engagement n’a pas faibli, en particulier les jeunes qui sont les cadres de la France de demain.

-  montrer au gouvernement, qui connaît parfaitement l’ampleur réelle de la mobilisation, que ce mouvement social est irréversible et qu’il peut devenir une force de proposition et d’action politique pour demain.

La prière demeure l’arme principale de notre combat, comme je l’ai déjà écrit en appelant à prier ensemble le chapelet durant ce mois de Marie. « Le chrétien qui prie ne prétend pas changer les plans de Dieu ni corriger ce que Dieu a prévu. Il cherche plutôt à rencontrer le Père de Jésus-Christ, lui demandant d’être présent en lui et dans son action par le secours de son Esprit » (Benoît XVI). Nous pourrons aussi nous unir à beaucoup d’autres en offrant le vendredi 24 mai une journée de jeûne et de prière.

Avec mes sentiments dévoués dans le Christ et Son Eglise

+ Marc Aillet
Evêque de Bayonne, Lescar et Oloron
Le 23 mai 2013

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Questions d'actualité
commenter cet article
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 23:00

Nous achevons notre Neuvaine de prière au Saint Esprit en nous tournant vers son indissoluble Epouse, la Bienheureuse Vierge Marie, et en implorant d'Elle son intercession toute maternelle en ce mois de Mai qui lui est spécialement consacré. Unis à sa prière, comme les Apôtres au Cénacle, nous confions à son Coeur immaculé les fruits de cette Neuvaine. Que l'Esprit Saint fasse descendre sur nous son feu, qu'il renouvelle son Eglise et embrase le monde entier du feu de son Amour!

Ô Marie, très digne Épouse du Saint-Esprit et Mère bien-aimée de mon âme, Toi qui, dès le premier moment de Ton existence, as été ornée des dons du Saint-Esprit et les as fait admirablement fructifier par une fidélité constante et un amour toujours croissant, daigne jeter un regard de compassion sur Ton enfant si pauvre, si indigne, prosterné ici à Tes pieds.

Je le confesse, à ma honte et à ma confusion, j'ai bien des fois, par mes péchés, contristé le Saint-Esprit et perdu le trésor de Ses dons ; j'ai été cause de la Passion et de la mort de Ton divin Fils ; j'ai abreuvé d'amertume Ton Coeur maternel. Ô Mère de miséricorde, je m'en repens de tout mon coeur, obtiens-moi pardon, oublie toutes les peines que je T’ai faites. Je suis résolu de me donner à Dieu sans réserve.

Ô Marie, qui, par Tes ardents désirs et Tes prières ferventes, as autrefois attiré le Saint-Esprit sur les Apôtres, prie-Le aussi pour moi. Par le mérite de Tes sept douleurs, obtiens-moi les sept dons du Saint-Esprit, ainsi que la grâce d'y correspondre fidèlement.

Obtiens-moi le don de Crainte, qui me fasse pleurer le reste de ma vie les péchés que j'ai commis, et éviter désormais tout ce qui déplaît à Dieu.

Obtiens-moi le don de Piété, qui me pénètre, à l'égard du Père céleste, d'une tendre confiance et d'un filial amour ; qu'il me fasse trouver, par sa douce onction, le joug du Seigneur léger et suave.

Obtiens-moi le don de Science, qui m'élève vers Dieu par le moyen des créatures, et m'apprenne l'art difficile d'en user ou de m'en abstenir selon qu'elles me conduisent à ma fin dernière ou qu'elles m'en détournent.

Obtiens-moi le don de Force, qui me rende capable de vaincre toutes les tentations du démon, d'accomplir toujours parfaitement mes devoirs et de souffrir généreusement toutes les tribulations de cette vie.

Obtiens-moi le don de Conseil, qui me fasse choisir constamment les moyens les mieux appropriés à ma fin dernière et me fasse discerner, dans les occasions difficiles, ce qu'il faut faire pour plaire à Dieu.

Obtiens-moi le don d'Intelligence, qui me découvre la splendeur des vérités et des mystères de notre sainte religion.

Obtiens-moi, enfin, le don de Sagesse, qui me fasse connaître le vrai bonheur, porter sur toute chose un jugement sain, goûter Dieu et Sa très sainte volonté en tout.

Ô Vierge fidèle, fais que je ne perde plus jamais ces dons si précieux; mais qu'à Ton exemple, je les conserve et les fasse fructifier jusqu'à la mort.

Fais, enfin, ô douce Mère, qu'après m'être laissé diriger en cette vie par le Saint-Esprit, j'aie le bonheur d'être introduit par Lui dans le ciel, pour aimer et louer à jamais, en union avec Toi, l'adorable Trinité, à qui soient rendus tout honneur et toute gloire.

Amen !


1
Veni Creator ou 1 Veni Sancte Spiritus, 7 Je Vous salue, Marie..., 7 Gloire au Père... 

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Prières
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 23:00

Huitième jour de notre Neuvaine à l'Esprit Saint. Nous implorons aujourd'hui du Seigneur le don précieux de Sagesse. Donne-nous Seigneur la Sagesse assise auprès de toi!

Ô Esprit-Saint, qui, par Ton don admirable de Sagesse, élève les âmes à la plus haute sainteté, en les unissant étroitement à leur fin suprême, j'ai honte de paraître devant Toi, moi, misérable pécheur.

Que de fois, aveugle que j'ai été, n'ai-je pas mis ma fin dernière dans les créatures en cherchant en elles les satisfactions que désirait mon coeur! J'ai été sage de cette sagesse diabolique et charnelle qui n'est à Tes yeux qu'abomination et folie. Aujourd'hui, éclairé de Ta divine lumière, je reconnais mes égarements, je les déplore du fond de mon coeur et les déteste sincèrement.

Quelle que soit mon indignité, envoies-moi, s'il Te plaît, la divine Sagesse.

Elle seule m'apprendra à ne plus goûter que Dieu et les choses de Dieu, à juger toutes les choses d'après le rapport qu'elles ont avec Lui; alors, tous les biens et tous les plaisirs de la terre ne m'inspireront plus que du dédain. Dieu seul sera l'objet de tous mes soupirs, de tout mon amour. Oui, je L'aimerai, ce seul et unique Bien, Bien suprême et éternel. Je m'unirai à Lui, je me transformerai en Lui, et, ne pouvant pas encore Le posséder et Lui ressembler dans la béatitude, je Le posséderai et Lui ressemblerai, du moins, dans la douleur.

Que mon ambition soit, désormais, de reproduire en moi l'image de l'Homme-Dieu, en aimant et en recherchant le mépris et la souffrance. Je ne dirai plus alors : « Qui me donnera des ailes et je m'envolerai et je me reposerai » car, ces ailes, Ton don de Sagesse me les aura données. Grâce à elles, j'arriverai au but de mes ardents désirs. Comme Ton épouse fidèle, je pourrai dire en toute vérité : « J'ai trouvé Celui que mon coeur aime, je Le tiendrai et ne Le quitterai pas. »

Ô Marie, Siège de la Sagesse, obtiens-moi ce don inestimable qui me fera trouver le ciel sur la terre.


1
Veni Creator 
ou 1 Veni Sancte Spiritus, 7 Je Vous salue, Marie..., 7 Gloire au Père... 

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Prières
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 23:00

En ce 7e jour de notre Neuvaine préparatoire à la grande fête de la Pentecôte, nous implorons du Seigneur Esprit Saint la grâce du don de l'Intelligence.

Ô Esprit-Saint, qui Te plaît à faire briller Ta lumière sur les âmes humbles, droites et pures, tandis que Tu la refuses aux orgueilleux, aux prudents du siècle et à tous ceux qui sont esclaves de leurs passions ; je ne mérite pas que Tu m'éclaires, moi si orgueilleux, si misérable et si sensuel. Les péchés innombrables que j'ai commis, mes attaches aux créatures, mes passions immortifiées ont accumulé sur mon âme d'épais nuages que les rayons de Ta lumière ne peuvent pénétrer.

Oh! je T’en supplie, par les mérites de Jésus-Christ et par l'intercession toute-puissante de Ta chère Épouse, la très Sainte Vierge Marie, daigne dissiper ces nuages, en me pardonnant tous mes péchés, en détachant entièrement mon coeur des affections terrestres. Fais briller sur mon âme, malgré son indignité, les célestes rayons du don d'Intelligence, afin qu'elle découvre les beautés cachées des vérités de la foi et des mystères de la religion.

À la vue de ces splendeurs, mon coeur s'enflammera d'amour pour Dieu et de zèle pour Le faire aimer aussi des autres ; il fera ses délices de la prière et de l'oraison, il soupirera sans cesse après la Beauté incréée, après le face à face divin.

Ô Esprit-Saint, ne méprise pas ma prière, ne me laisse pas plus longtemps dans l'obscurité.

Accorde-moi le don d'Intelligence : alors, je vivrai d'une vie nouvelle, d'une vie d'amour et de ferveur, en attendant que j'aille vivre auprès de Toi dans le ciel de la vie des bienheureux.

Ô Marie, Épouse chérie de l'Esprit de vérité, obtiens-moi, je T’en prie, le don précieux d'Intelligence.


1
Veni Creator ou 1 Veni Sancte Spiritus, 7 Je Vous salue, Marie..., 7 Gloire au Père...
 

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Prières
commenter cet article
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 23:00

Sixième jour de notre Neuvaine à l'Esprit Saint. Nous invoquons aujourd'hui l'Esprit de Conseil.

Ô Esprit-Saint, qui, dans Ton amour infini, veux être notre guide dans les sentiers de cette misérable vie, afin de nous conduire sûrement à notre fin dernière, je T’adore et Te remercie des charitables conseils que Tu m´as donnés jusqu´à ce jour. Que ne les ai-je toujours suivis! Je n´aurais pas en ce moment tant de fautes à me reprocher. J´ai préféré trop souvent me laisser conduire par l´ange des ténèbres, par mes sens et mes passions. Je reconnais et je déplore amèrement les tristes écarts qui ont résulté de cette incroyable folie.

Esprit d´amour et de miséricorde, aies pitié de moi et pardonne-moi. Je reviens à Toi et je ne veux plus d´autre guide que Toi. Me voici, résolu de Te suivre partout où il Te plaira de me conduire.

Parle, Seigneur, Ton serviteur écoute.

Montre-moi la voie dans laquelle Tu veux que je marche, indique-moi Tes sentiers.

Que Ton don de Conseil me dirige pas à pas, afin que je ne m´écarte jamais de la voie que Tu m´as tracée. Qu´il m´inspire toujours ce qu´il y a de plus agréable à Tes yeux, me préserve de toute illusion et me fasse avancer rapidement dans la sainteté.

Qu´il me mette, enfin, en possession de ma fin dernière, et que je repose en elle éternellement, dans la contemplation et l´amour du Père, du Fils et de Toi-même, ô Esprit-Saint, qui procède de l´un et de l´autre.

Ainsi soit-il.


1
Veni Creator ou 1 Veni Sancte Spiritus, 7 Je Vous salue, Marie..., 7 Gloire au Père...   

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Prières
commenter cet article
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 23:00

En ce cinquième jour de notre Neuvaine à l’Esprit Saint, nous implorons du Seigneur le don de Sa Force. Esprit de Dieu, intercèdes pour nous ; viens au secours de notre faiblesse !

Ô Esprit-Saint, Dieu tout-puissant, qui as si merveilleusement transformé les Apôtres en les rendant, de faibles et timides qu'ils étaient, tellement forts et intrépides qu'aucune puissance créée ne put jamais les ébranler ; Toi qui as soutenu les martyrs dans leurs supplices, les saints confesseurs dans leurs travaux et leurs combats, et as aidé tant d'âmes à boire au calice de la douleur ; voies humblement prosternée devant Toi la plus faible et la plus misérable de Tes créatures.

Ah! si je T’avais toujours invoqué dans le danger et dans la tentation, jamais je n'aurais eu le malheur de T’offenser. Mais le mal est fait, je n'ai plus qu'à le regretter et à le pleurer. Je ne veux plus à l'avenir me fier à mes propres forces ; c'est pourquoi, j'implore Ton puissant secours.

Ô Esprit-Saint, c'est en Toi seul que j'espère, c'est de Toi seul que j'attends mon salut. Communique-moi, je T’en conjure, Ton don de Force qui me rende invincible. Alors, je ne craindrai plus mes ennemis, Tu me feras la grâce de les vaincre entièrement et toujours ; je ne craindrai plus les travaux, quelque pénibles qu'ils puissent être, Tu me donnerez le courage de m'y livrer avec une ardeur infatigable ; je ne craindrai plus les mépris et les souffrances, Ta divine onction me les fera endurer avec patience et avec joie ; je ne craindrai plus même la mort, Tu me soutiendras à cette heure suprême, et je l'accepterai généreusement en union avec celle de mon Sauveur sur la Croix.

J'irai alors dans le ciel jouir des fruits glorieux de mes travaux, de mes souffrances et de mes combats. Tout l'honneur en reviendra à Toi, ô Esprit-Saint, ainsi qu'au Père et au Fils. Je T’en bénirai éternellement avec la multitude des Anges et des Saints.

Ô Marie, toi qui es la Femme forte et la chaste Épouse du Saint-Esprit, obtiens-moi le don de Force.


1
Veni Creator ou 1 Veni Sancte Spiritus, 7 Je Vous salue, Marie..., 7 Gloire au Père...   

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Prières
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 23:00

Nous poursuivons notre Neuvaine au Saint Esprit, en demandant aujourd'hui au Seigneur le don de Science.

Ô Esprit-Saint, Dieu de lumière et d'amour, je T’adore et Te remercie de tous Tes bienfaits, spécialement de m'avoir donné une intelligence pour Te connaître et un coeur pour T’aimer.

Du fond de l'abîme de ténèbres où je suis plongé, je crie vers Toi, Te suppliant de projeter sur moi les rayons lumineux du don de Science. Sans cette divine clarté, je m'égarerai encore, comme je l'ai fait si souvent par le passé, et je me perdrai pour toute l'éternité, en cherchant mon bonheur dans les créatures et en mettant en elles ma fin dernière.

Avec le don de Science, au contraire, je ne verrai dans les choses créées que des moyens d'aller à Dieu ; je n'en userai que pour autant qu'elles me conduiront à Lui, et je m'en abstiendrai, si elles doivent m'en détourner.

Alors, je serai saintement indifférent à la richesse ou à la pauvreté, à l'honneur ou au mépris, à la santé ou à la maladie, à une vie longue ou à une vie courte ; je n'aimerai et ne chercherai en toute chose que l'adorable volonté de Dieu.

Et, quand il plaira à cette sainte volonté que je sois dans la douleur et l'humiliation, éclairé par le don de Science sur le prix des tribulations, je les embrasserai avec joie, comme des moyens de trouver Dieu plus sûrement et de Le posséder plus parfaitement. Ainsi, rien au monde ne me détournera plus de ma fin dernière ; tout, au contraire, servira à me faire avancer, à Le connaître plus clairement, à L'aimer plus ardemment, à Le servir plus fidèlement, en attendant que j'aille, enfin, Le posséder dans le ciel, et qu'à la lumière de la gloire, je Le contemple face à face et L'aime parfaitement pendant toute toute l'éternité.

Ainsi soit-il.

Ô Marie, très digne Épouse du Saint-Esprit, obtiens-moi la Science qui fait les Saints.


1 Veni Creator ou 1 Veni Sancte Spiritus, 7 Je Vous salue, Marie..., 7 Gloire au Père...
  

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Prières
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 23:00

Troisième jour de notre Neuvaine à l'Esprit Saint. Nous implorons aujourd'hui du Seigneur le beau don de piété. Nous pouvons demander en particulier l'esprit de prière ; la grâce de la prière avec le coeur.

Ô Esprit-Saint, abîme de bonté et de douceur, je T’adore et Te remercie de toutes les grâces que Tu m'as accordées, spécialement de m'avoir revêtu de la sublime dignité d'enfant de Dieu.

Malheureusement, je n'ai pas vécu d'une manière digne de ce grand privilège. Par mes innombrables péchés, je me suis révolté contre mon Père céleste, je Lui ai tourné le dos et me suis rangé parmi Ses pires ennemis.

Mais Toi as eu pitié de moi, ô Esprit-Saint, Tu m'as excité au repentir et obtenu, je l'espère, mon pardon. Tu m'as rendu ma dignité première, mon beau titre d'enfant de Dieu ; soies-en béni à jamais!

Daigne mettre le comble à Tes bontés, en m'envoyant le véritable esprit des enfants de Dieu : l'esprit de Piété, qui me donne, pour Dieu, des sentiments de filial amour et de douce confiance, et, pour le prochain, un coeur tendre et compatissant.

Esprit-Saint, divin consolateur des âmes, je Te supplie, par les mérites de Jésus-Christ et par l'intercession de la Vierge Marie, daigne attendrir mon coeur si dur et si insensible. Bannis-en la défiance à l'égard de Dieu et ces craintes exagérées qui ôtent le courage et la ferveur ; chasses-en aussi l'envie et la rudesse pour le prochain, si contraires à l'amour qui doit régner entre frères. Alors, ô Esprit-Saint, le service de Dieu me sera agréable, son joug me paraîtra doux et léger, mes rapports avec le prochain seront empreints de la céleste suavité de Ton onction, je courrai dans la voie de Tes commandements, parce que Tu auras dilaté mon coeur.

Ô Marie, tendre Épouse du Saint-Esprit, obtiens-moi le beau don de Piété.

Ainsi soit-il.



1 Veni Creator ou 1 Veni Sancte Spiritus, 7 Je Vous salue, Marie..., 7 Gloire au Père...
 

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Prières
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 23:00

Deuxième jour de notre Neuvaine à l'Esprit Saint. Nous implorons de Lui en ce jour le don de la Crainte de Dieu, afin d'être libéré de la peur du monde.

Ô Esprit-Saint, Esprit d'amour et de vérité, Source adorable de toute perfection, je T’adore et Te remercie de tous les bienfaits dont Tu m'as comblé.

Que de fois, par le passé, je T’ai contristé et chassé de mon coeur! J'ai mérité bien souvent d'être abandonné de Toi et précipité dans l'abîme éternel. Et pourquoi donc ce malheur m'est-il arrivé? Parce que Ta sainte crainte n'était pas dans mon âme. Aujourd'hui, je le regrette sincèrement, je déteste tous mes péchés, j'en ressens la plus vive douleur. Je ne cesserai de les pleurer jusqu'à mon dernier soupir.

Daigne, ô Esprit-Saint, oublier toutes mes ingratitudes. Accorde-moi, je T’en supplie, cette crainte salutaire qui m'a tant manqué par le passé. Qu'elle m'entretienne tout le reste de ma vie dans l'esprit de componction, qu'elle m'inspire une telle haine du péché, que, plus jamais, je ne le laisse rentrer dans mon coeur.

Donne-moi la crainte filiale qui me pénètre d'un profond respect pour Dieu et pour les choses de Dieu, qui me fasse éviter les plus petites fautes de peur de Lui déplaire, qui me préserve de la tiédeur à Son service et de la routine dans mes exercices de piété.

Grâce à ce don inestimable de Ta crainte, je serai dans l'abondance de tous les biens ; je mènerai une vie sainte, heureuse, pleine de vertus et de mérites ; je marcherai à grands pas dans le chemin de la perfection. J'obtiendrai, enfin, la grâce de mourir en prédestiné, et d'aller au ciel jouir des douceurs ineffables que Tu réserve à ceux qui Te craignent.

Ô Esprit-Saint, je T’en conjure, au nom et par les mérites de Jésus-Christ, par l'intercession de Ton Épouse sans tache, la très Sainte Vierge Marie, accorde-moi le don précieux de Crainte.

Ainsi soit-il.


1 Veni Creator ou 1 Veni Sancte Spiritus, 7 Je Vous salue, Marie..., 7 Gloire au Père...
 

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Prières
commenter cet article