Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 12:26

Partager cet article

Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 12:05

Lorsque l'on parle de vocation dans le langage de l'Eglise, on songe immédiatement aux prêtres et aux religieux. En approfondissant la question, on peut l'étendre au mariage et à la vie chrétienne en son ensemble. Mais cela a-t-il du sens de parler de "vocation intellectuelle"? Une telle vocation existe-t-elle ? Et si oui, quelle est-elle? Est-elle réservée aux écrivains, aux professeurs, aux journalistes, à tous ceux qui font profession de penser et d'écrire? Ou bien peut-elle s'étendre à d'autres qui consacrent des bouts de leur existence seulement à la réflexion et à l'écriture? Ce sont de vraies questions, il me semble, qui ont acquis un regain d'actualité avec le développement des moyens de communication sociale - des questions essentielles du point de vue chrétien, qu'il me paraît important d'envisager à nouveaux frais.

 

C'est un ouvrage du Père Antonin-Gilbert Sertillanges (1863-1948) intitulé "La vie intellectuelle : son esprit, ses conditions, ses méthodes" récemment réédité qui me révéla l'existence d'une vocation intellectuelle. Le livre s'ouvre d'ailleurs sur un Premier chapitre justement intitulé "La vocation intellectuelle".

 

J'eus un grand choc en découvrant ce titre, car jamais jusqu'alors on ne m'avait parlé de vocation intellectuelle. Comme beaucoup de chrétiens, je m'interroge parfois sur le sens de ma vie, sur ma vocation profonde - ce à quoi Dieu m'a destiné. Et je ne trouve guère de réponse claire, malgré mon âge (j'ai passé depuis deux ans la quarantaine). Et voilà que ce livre ouvre une fenêtre inattendue, un chemin de réflexion d'autant plus riche qu'il me paraît concerner un grand nombre de personnes parmi celles que j'ai rencontrées en 10 ans d'évangélisation sur Internet. Le livre du P. Sertillanges a beau être paru en 1921, il me paraît d'une actualité brûlante - et revêtir pour le moins un caractère prophétique.

 

Mais quelle est cette vocation intellectuelle? "Parler de vocation, nous explique le philosophe thomiste, c'est désigner ceux qui entendent faire du travail intellectuel leur vie, soit qu'ils aient tout loisir de se livrer à l'étude, soit que, engagés dans des occupations professionnelles, ils se réservent comme un heureux supplément et une récompense le profond développement de l'esprit". La vocation intellectuelle n'est donc pas l'apanage des seuls professionnels de l'intelligence.

 

La vocation présuppose un appel. Un appel de Dieu sur soi. "Cet appel ne doit pas être préjugé. On ne se préparerait que des déboires à se lancer dans une voie où l'on ne saurait marcher d'un pied sûr." Il est donc important d'entreprendre un travail de discernement - dans la prière et l'accompagnement spirituel. L'orientation intellectuelle "ne doit pas être prise avant qu'on ne se soit longuement consulté. La vocation intellectuelle est comme toutes les autres : elle est inscrite dans nos instincts, dans nos capacités, dans je ne sais quel élan intérieur que la raison contrôle. Nos dispositions sont comme les propriétés chimiques qui déterminent, pour chaque corps, les combinaisons dans lesquelles ce corps peut entrer. Cela ne se donne pas. Cela vient du ciel et de la nature première. Toute la question est d'être docile à Dieu et à soi-même après en avoir entendu les voix."

 

L'un des critères les plus sûrs pour un bon discernement reste la joie, l'épanouissement personnel que l'activité d'écriture provoque en nous : "Le goût qui est en corrélation avec les tendances profondes et avec les aptitudes, est un excellent juge (...). Le plaisir peut aussi déceler nos vocations. Il faut seulement qu'on scrute jusqu'en ces profondeurs où le goût et l'élan spontané rejoignent les dons de Dieu et sa Providence."


Qu'aimons-nous et que recherchons-nous par dessus-tout? Le Père Sertillanges raconte cette anecdote de la vie de Saint Thomas d'Aquin : "Saint Thomas d'Aquin, venant se fixer à Paris et découvrant la grande ville de loin, dit au frère qui l'accompagnait : "Frère, je donnerais tout cela pour le commentaire de Chrysostome sur Saint Matthieu." Quand on éprouve de tels sentiments, il n'importe où l'on est ni de quoi l'on dispose ; on est marqué du sceau ; on est un élu de l'Esprit ; il n'est que de persévérer et de se confier à la vie telle que Dieu la règle."


Nous verrons ce que la découverte d'un appel à la vie intellectuelle implique dans l'existence de "l'élu de l'Esprit".

Partager cet article

Repost0
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 18:55

En cette Année de la Vie Consacrée dans l'Eglise et en la veille du 2 février qui est habituellement Jour de la Vie consacrée, je souhaiterais entreprendre avec vous une réflexion de fond sur une vocation spéciale que je crois discerner chez beaucoup de catholiques aujourd'hui : la vocation intellectuelle.

 

Ecrire est devenu le lot commun de beaucoup de fidèles catholiques. Je ne parle pas ici de ceux qui exercent quelque fonction dans l'Eglise catholique, mais des laïcs engagés dans la vie professionnelle qui ressentent le besoin impérieux d'exprimer, en ces temps troublés, une pensée qui leur est propre, fruit de leur réflexion et de leur méditation, et de la partager au plus grand nombre.

 

Le développement d'Internet ces dernières années, des réseaux sociaux et autres modes de communication numérique a largement ouvert le champ des possibles et offert à tout chrétien une tribune où il peut aisément exposer son point de vue et engager un dialogue avec ses lecteurs. De ce point de vue, Internet est devenu un lieu naturel et privilégié pour l'évangélisation du monde, ce que tous nos papes depuis Jean-Paul II nous rappellent fréquemment dans les très beaux messages qu'ils publient chaque année pour la Journée Mondiale des Communications sociales.

 

Etant moi-même engagé dans cette grande aventure de l'évangélisation sur Internet depuis 2005, je suis frappé de voir combien il existe de chrétiens à la plume talentueuse, à la foi solide enracinée dans une intelligence vive et pénétrante, ouverts aux discussions et aux débats - avec un sens de la répartie et de la formule parfois que n'auraient pas renié les Pères de l'Eglise! Une génération d'intellectuels chrétiens est née, fruit du travail de l'Esprit. Mais peu, me semble-t-il, ont conscience de détenir là un trésor, un talent particulier confié par le Seigneur ; peu réalisent qu'ils ont sur eux un appel spécial, des charismes surnaturels, une vocation. Et du coup, beaucoup de grâces me paraissent sottement gâchées et perdues : les uns, pris par leur vie professionnelle, renonçant trop facilement et pour de longues périodes à l'exigeant labeur (j'en suis!) ; les autres négligeant de recueillir le fruit de leur travail pour en faire profiter un "auditoire" plus grand - souvent pour des motifs d'humilité qui mériteraient d'être revus dans la prière et l'accompagnement spirituel.

 

Je voudrais inviter tous mes frères catholiques, habitués des blogs et autres forums, familiers des discussions sur Facebook et autres tweets, à s'interroger sur l'élan qui les pousse à écrire, sur les intuitions qui les habitent, les inspirations qu'ils reçoivent dans l'acte même d'écriture et le temps qu'ils y consacrent - au sacrifice peut-être d'autres loisirs -, pour les conduire à cette question : ne pensent-ils pas avoir un appel particulier de Dieu sur eux, une vocation intellectuelle?

 

La question ne laissera pas de surprendre. Moi-même, j'écris depuis des années sans me l'être sérieusement posée - et je ne prétends pas avoir obtenu à ce sujet une réponse claire. Mais je crois vraiment qu'elle mérite d'être posée, car la vocation intellectuelle existe - et elle est le partage d'un grand nombre aujourd'hui, j'en suis intimement convaincu. Un travail de discernement s'impose donc, car si une telle vocation était avérée, elle impliquerait des dispositions particulières pour répondre de la manière qu'il convient à l'appel de Dieu - dispositions que beaucoup ignorent mais qui, si elles étaient connues et mises en pratique, leur permettraient de donner beaucoup de fruits.

 

C'est à cette réflexion que je vous convie ces jours prochains.

Partager cet article

Repost0
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 15:09

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 15:07

"Chers enfants, aujourd’hui encore, je vous appelle : vivez votre appel dans la prière.

"Aujourd’hui comme jamais encore auparavant, Satan veut étouffer l’homme et son âme par son souffle contagieux de haine et de trouble.

"En beaucoup de coeurs, il n’y a pas de joie car il n’y a ni Dieu ni prière. La haine et la guerre augmentent de jour en jour.

"Je vous appelle, petits enfants : commencez à nouveau, avec enthousiasme, la marche de la sainteté et de l’amour, car c’est pour cela que je suis venue parmi vous.

"Ensemble, soyons amour et pardon pour tous ceux qui savent et veulent aimer seulement d’un amour humain et non de cet incommensurable amour divin auquel Dieu vous appelle.

"Petits enfants, dans un lendemain meilleur, puisse l’espérance être toujours dans vos coeurs.

"Merci d’avoir répondu à mon appel." 

Message de la Vierge Marie à Medjugorje, le 25 janvier 2015

Partager cet article

Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 10:27

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 13:14

"Certains vous disent : vous ne pouvez pas prier la Vierge Marie, toute bienheureuse qu’elle soit, parce qu’elle est morte. Et ceux qui sont morts ne peuvent rien faire. Notez bien la contradiction. Dans la vie, vous admettez bien que l’on puisse prier les uns pour les autres. Mais après la mort terrestre, plus rien ! 

N’avez-vous pas lu que sur le Mont Thabor, Jésus transfiguré s’entretient avec Moïse et Elie ? Et ne lisez-vous pas dans l’évangile que Jésus dit au Bon Larron : « Ce soir même tu seras au paradis avec moi »  

Alors, Moïse, et Elie et le Bon Larron oui, mais pas Marie la « comblée de grâces » ? Celle que toutes les générations doivent proclamer bienheureuse ne serait pas au ciel de Dieu, mais seulement le Bon Larron ? Et dans l’Apocalypse, ne serait-elle pas dans le cortège de ceux qui suivent l’Agneau partout où il va ?" 

Hervé-Marie Catta

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 12:41

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 13:21

« Une demi-heure d'oraison est essentielle,

sauf quand on est très occupé,

alors une heure est nécessaire. »

(Saint François de Sales)

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 19:55

Chers amis,

Il est d'usage dans certaines communautés chrétiennes de tirer au sort chaque année le nom d'un Saint, qui sera notre compagnon de route tout au long de l'année.

Les Saints sont des vivants auprès de Dieu. Le Catéchisme de l'Eglise catholique nous enseigne que "les témoins qui nous ont précédés dans le Royaume (cf. He 12, 1), spécialement ceux que l’Église reconnaît comme "saints", participent à la tradition vivante de la prière, par le modèle de leur vie, par la transmission de leurs écrits et par leur prière aujourd’hui.

"Ils contemplent Dieu, ils le louent et ne cessent pas de prendre soin de ceux qu’ils ont laissé sur la terre.

"
En entrant "dans la joie" de leur Maître, ils ont été "établis sur beaucoup" (cf. Mt 25, 21). Leur intercession est leur plus haut service du Dessein de Dieu. Nous pouvons et devons les prier d’intercéder pour nous et pour le monde entier." (CEC § 2683)

"Est-il bon et utile de recourir à l’intercession des Saints ? Il est très utile de prier les Saints et tout chrétien doit le faire. Nous devons prier particulièrement nos Anges Gardiens, la Vierge Marie, la Très Sainte Mère de Dieu, saint Joseph, Patron de l’Eglise, les saints Apôtres, les Saints dont nous portons le nom et les Saints Protecteurs du diocèse et de la paroisse.

"Quelle différence y a-t-il entre les prières que nous adressons à Dieu et celles que nous adressons aux Saints? Entre les prières que nous adressons à Dieu et celles que nous adressons aux Saints, il y a cette différence que nous prions Dieu afin que, comme auteur des grâces, il nous donne les biens et nous délivre des maux, et nous prions les Saints afin qu’ils intercèdent pour nous comme nos avocats auprès de Dieu.

Quand nous disons qu’un Saint a fait une grâce, que voulons-nous dire ?Quand nous disons qu’un Saint a fait une grâce, nous voulons dire que ce Saint l’a obtenue de Dieu."

(
Extraits du Catéchisme de St Pie X)

 

Ce sont les Saints qui nous choisissent plus que nous ne les choisissons. Une pieuse tradition consiste à invoquer le Saint-Esprit par une hymne ou une prière spontanée, et à demander à Dieu de nous bénir par la puissante intercession des Saints. Celui qui le désire peut alors tirer au sort le nom d'un Saint qui sera son compagnon invisible de prière tout au long de l'année. Sous le nom du Saint, on peut lire aussi une parole caractéristique le concernant -souvent tirée de l'Ecriture- ainsi qu'une intention de prière pour l'année. En recevant le nom du Saint, chacun prend à coeur de mieux connaître la vie de son protecteur et compagnon pour l'année afin d'en tirer un profit spirituel et de développer une profonde amitié avec ce céleste ami.

Je viens pour ma part de tirer au sort mon saint patron pour l'année. Il s'agit du Bienheureux Charles de Foucault. La parole à vivre et méditer : "Dieu est Amour". L'intention de prière : prier pour un profond respect entre les chrétiens, les juifs et les musulmans (ça me plaît bien, ça! ).

Vous aussi, chers amis lecteurs, pouvez, si vous le souhaitez, tirer au sort un saint patron pour l'année. Vous pouvez le faire en ligne sur Internet à l'adresse suivante : 
http://www.mariereine.com/un-saint-pour-Lannee.php3

Mais n'oubliez pas de le faire dans un esprit de prière afin que votre compagnon vous soit vraiment un don de Dieu pour cette année 2014.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Totus Tuus
  • : A Jésus par Marie - Un site catholique pour apprendre à connaître et aimer Dieu de tout son coeur et de toute son intelligence.
  • Contact

Cher ami lecteur, tu es le e visiteur. La Paix soit avec toi. 

Ecouter un enseignement sur la foi catholique

Vous rendre sur le blog ami dédié à Claude Tresmontant

Visiteurs actuels