Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 11:56

Témoignage de Philippe-Marie Mossu, 68 ans, Frère de la Communauté Saint-Jean, ordonné prêtre en 1970, prieur du couvent de Troussures (Oise).

Des amis me demandent de rencontrer chez eux un de leurs amis, jeune médecin militaire chrétien, atteint d’un cancer bien avancé, et révolté contre Dieu. J’y vais et, après avoir salué sa jeune épouse et sa petite fille, je suis à son chevet. Il connaît son mal et son évolution : des métastases partout et la forte souffrance. Désespéré de laisser sa femme et sa fille, de se voir fauché en pleine vie, métier et vocation militaire fichus, il m’invective toute la matinée : « Votre Dieu, que fait-il ? Et que lui ai-je fait pour qu’il agisse ainsi ? », etc.

Démoralisé moi-même, n’ayant pu que l’écouter sans réussir à lui donner le sacrement des malades, je rejoins sa famille et mes amis pour déjeuner : un repas lourd de silence et de souffrance pour cette jeune épouse – l’enfant, elle, ne réalisant pas trop.

Puis je retourne dans la chambre du malade et, je ne sais pas pourquoi, je lui parle fort, avec violence même : « Quoi ? Vous, un soldat, en plein combat, vous ne vous battez plus ? Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Vous êtes chrétien et au moment le plus important de votre vie, vous vous dégonflez ? Savez-vous ce qui se passe : Jésus vient vous chercher et vous prendre avec lui. Vous ne le voyez pas ? »

Qu’est-ce qui m’a pris ? Je n’en sais rien. Mais cet homme s’effondre et se met à pleurer. Il m’appelle et m’ouvre ses bras. Je le prends dans les miens et il reste ainsi longtemps, en pleurs. Il demande pardon. Je lui propose le sacrement des malades. Il me dit oui (…). Cet homme est devenu rayonnant de foi et de joie, de façon incompréhensible pour les siens.

Sa mère m’a téléphoné pour m’annoncer son décès : « Que lui avez-vous fait ? Il a consolé tout le monde et il est mort dans une joie incroyable… »

J’ai célébré ses funérailles : j’étais bouleversé comme jamais par la puissance du sacerdoce de Jésus, et aussi par la perte d’un ami.


Source 

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Vocations
commenter cet article

commentaires