Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 15:15

Il y a 5 ans, en mars 2006 :

 

- Le 2 mars, je commentais l'étonnant passage de l'Encyclique du Pape Benoît XVI, "Deus Caritas Est", évoquant les "images érotiques audacieuses" de la Bible pour dire la passion de Dieu pour son peuple : "Un chrétien, écrivais-je, ne peut pas mépriser l'amour humain, ni la chair, ni la sexualité. L'amour humain? Il procède de l'amour de Dieu. La chair? Dieu Lui-même a pris un corps... La sexualité? "Elle est un don de Dieu. Elle est donc bonne en soi, et utilisée comme Dieu l'entend, elle enrichit et ennoblit" (Mgr Bernardin, archevêque de Cincinnati)".

 

- Le 6 mars, je reprenais cette belle (et forte!) citation du Père Marie-Dominique Molinié sur la Parole de Dieu, qui, quand elle est reprise par Satan (comme dans le récit des tentations de Jésus au désert que nous avons réentendu dimanche dernier), ne peut plus être considérée comme la Parole de Dieu.

 

- Le 7 mars, le Père Raniero Cantalamessa nous invitait, pour le Carême, à suivre Jésus dans le désert. Comment? A défaut de pouvoir nous réfugier dans un espace de désert, comme les moines et les ermites, il est possible, à tout le moins, de nous ménager des temps de désert pour retrouver le silence intérieur et revenir aux sources profondes de notre être. A noter, cette parole percutante du frère capucin : "L'homme est capable d'envoyer ses sondes jusqu'à la périphérie du système solaire, mais il ignore le plus souvent ce qu'il y a dans son propre coeur"...

 

- Le 10 mars, poursuivant la lecture de l'Encyclique "Deus Caritas Est", nous méditions sur le vrai visage de Dieu, que Jésus-Christ est venu révéler en sa personne : "C'est en aimant que Dieu se révèle le plus Dieu ; c'est en aimant qu'il fait valoir sa différence par rapport aux hommes, et qu'Il se révèle le Tout Autre ; c'est en devenant pour chacun de nous le Tout proche qu'Il manifeste paradoxalement le plus sa distance infinie par rapport à l'homme, et qu'il dévoile pleinement la splendeur de sa divinité. En Jésus, l'amour de Dieu pour l'homme pécheur prend ainsi les dimensions de la folie. "Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi?"..."

 

- Le 12 mars, nous revenions sur l'importance de la Parole de Dieu dans la vie du chrétien, point d'insistance de l'enseignement du Pape Benoît XVI en la deuxième année de son Pontificat.

 

- Les 19, 21, 23 et 28 mars, je publiais ma première grande série d'articles sur la question (notamment) des révélations privées, et de leur statut au regard de la Révélation divine achevée en la personne de Jésus-Christ, et définitivement close à la mort du dernier Apôtre.

 

Dans le premier article "La Bible ou les astres", nous nous interrogions sur le point de savoir où Dieu parle aujourd'hui, et... où il ne parle pas.

 

Où Dieu nous parle-t-il? Dans l'Evangile bien sûr, et dans l'Eglise : "On ne peut séparer l'Eglise et la Parole de Dieu, car c'est l'Eglise qui nous la livre [sans jeu de mot... ], et c'est elle seule qui est habilitée par le Seigneur à en interpréter le sens, sous la motion de l'Esprit Saint qui lui a été donné au jour de la Pentecôte (...). Elle est le lieu de la présence réelle et permanente de Jésus à son Peuple et au monde, et c'est par elle que le Christ ressuscité nous enseigne encore aujourd'hui".

 

Où Dieu ne nous parle-t-il pas? Dans les astres, évidemment (à travers les mages, les devins, les diseurs d'horoscopes, les voyants,...). Notre ami Miky réagissait à cet article par un commentaire auquel je n'ai pas répondu, sinon par des articles ultérieurs. J'y réponds donc directement pour ne pas laisser sur sa faim le lecteur qui tomberait par hasard sur cet article! 

 

Dans le second article "Canon 1399 § 5", je me permettais de critiquer une réflexion du Père Raniero Cantalamessa sur l'attitude qu'un catholique doit avoir à l'égard d'une révélation privée non reconnue par l'Eglise (mais non condamnée). Pour le P. Cantalamessa, il faut attendre le jugement de l'Eglise, non le précéder. Je démontrais que cette dernière appréciation n'était plus valable dans l'Eglise depuis la suppression du Canon 1399 § 5 par le Pape Paul VI. A noter : un petit échange fraternel avec notre ami Hervé sur cette question (voir les commentaires n°1 et 2).

 

Dans le troisième article "Les révélations privées... au service de la Révélation divine", je m'efforçais de situer la juste place des révélations privées (du Seigneur ou de la Vierge Marie) dans l'économie générale de la Révélation divine : "Les apparitions et autres Révélations privées s'inscrivent dans le processus de développement de la Révélation divine", processus annoncé par Jésus à ses Apôtres.

 

Dans le quatrième article "Marie, la femme de l'Evangile", nous recevions le message du 25 janvier 2006 de la Sainte Vierge à Medjugorje dans lequel la Gospa nous invitait - à l'instar du Pape Benoît XVI et du Père Raniero Cantalamessa - à écouter la Parole de Dieu donnée dans la Bible et à la vivre. "Marie est la femme de l'Evangile, indiquait le Fr Ljubo Kurtovic, et c'est pourquoi elle nous dit de lire les Saintes Ecritures remplies de Dieu et de son esprit". A noter la première intervention sur ce Blog de notre frère RV (cf. commentaires 1 et 2), administrateur du site Chère Gospa. Bienvenu à toi aussi, cher RV, dans le club des "vétérans" du blog Totus Tuus! 

 

- Le 30 mars sortait le troisième article de ma série sur la question "Dieu existe-t-il?" : à noter les longs commentaires de Miky qui avait alors décidé de me "marquer à la culotte"! Le début d'une longue et fructueuse correspondance qui allait durer plusieurs années...

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Il y a 5 ans...
commenter cet article

commentaires

RV 23/03/2011 09:44



C'est marrant, il se passe pour Internet la même chose que pour la télévision : au bout de qq années, les rubriques de "rétrospectives" fleurissent (j'en ai une aussi sur mon blog).


Et comme je l'ai déjà dit, il me semble, sur ce blog : on ne se voit pas vieillir !


 


RV