Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 10:43

Dimanche 3 avril 2011 – 4e dimanche de Carême (Année A)

 

Le combat spirituel (4) : les armes de la victoire

 

Première lecture : 1 Samuel 16. 1. 6-7. 10-13a

« Dieu ne regarde pas comme les hommes, car les hommes regardent l'apparence mais le Seigneur regarde le coeur »

 

Psaume 22

« Tu es avec moi »

 

Deuxième lecture : Ephésiens 5. 8-14

« Sachez reconnaître ce qui est capable de plaire au Seigneur »

 

Evangile : Jn 9. 1-41

« Crois-tu au Fils de l'homme?  »


***

Message audio du Pape : 2011

Angelus du Pape : 2008 - 2011

Homélie du Père Walter Covens : 2008 - 2011 

Homélie du Frère Elie (Communauté de Saint Joseph) : 2011 

Audio de Radio Vatican : 2011

Ce que l’Evangile nous dit et me demande

L'oeil de la foi nous permet de voir le monde de Dieu (P. Raniero Cantalamessa)

Notre difficulté à reconnaître l'action de Dieu (P. Pierre Desroches, de Montréal)

"Je me suis lavé ; alors j'ai vu!" (P. Nicolas)

 

*** 

 

« Je suis venu en ce monde pour une remise en question » (Jn 9. 39) 

 

« Dans l’Evangile de ce jour, Jésus revendique clairement son identité unique en paroles et en actes. En actes, il fait deux choses. D’abord, il défie les lois sacrées du Sabbat. Aucun travail, aucune guérison n’était autorisée le jour du Sabbat, selon la loi juive en vigueur. Or prendre de la terre pour en faire de la boue, pour l’appliquer sur les yeux de quelqu’un, c’est un travail. Ce faisant, Jésus montre que son autorité était supérieure à celle des Pharisiens et des Scribes qui avaient édicté ces lois, et même, qu’elle était égale à celle de Dieu, puisque Dieu lui-même avait fait du repos du Sabbat un commandement.

 

« Deuxièmement, il guérit un aveugle-né. Comme le dira l’aveugle lui-même, on n’a jamais entendu dire pareille chose. C’était un miracle sans précédent qui montrait clairement l’action divine. Et pour que personne ne puisse s’y méprendre, Jésus explique le sens de ces actions en paroles.

- Il s’attribue à lui-même le titre messianique de « Fils de l’Homme ».

- Il se dit lui-même la « Lumière du monde ».

- Et il dit explicitement que son miracle est une révélation de la gloire de Dieu.

 Pour quiconque lit ce passage avec honnêteté, il n’y a aucun doute sur le fait que Jésus prétend être plus qu’un prophète, un maître ou un gourou parmi d’autres. Il revendique le rang de Dieu, de Dieu fait homme. » (P. Walter Covens).

 

« Cet aveugle n'est-il pas le symbole de l'humanité, plongée dans les ténèbres et découvrant la lumière du Christ? Nous sommes cet aveugle. Nous réclamons des signes et nous sommes des chrétiens à la foi "allégée". Pourtant, les signes ne manquent pas : les GRANDS, comme la Création - la rose, la main de l'homme ou le cerveau d'Einstein -, la Résurrection de Jésus, point de départ de la foi audacieuse des Apôtres (pourtant si peureux), l'Eglise, signe défiant le temps, l'Evangile, ce livre de lumière, éternellement jeune et nourrissant, les vies des saints, passionnantes comme des romans ; et les PETITS, comme ces gentillesses divines que nous repérons dans notre vie, surtout dans les moments de malheur. 

 

« Alors pourquoi sommes-nous aveugles face à ces signes? Peut-être simplement parce que nous ne voulons pas voir, nous ne voulons pas chercher les traces de Dieu dans notre vie. Les manifestations ne manquent pas, mais nos yeux ne les voient pas par orgueil, par rationalisme exagéré qui veut des preuves de laboratoires, par manque de simplicité qui nous fait "couper les cheveux en quatre". On rationalise à l'infini pour ne pas reconnaître l'évidence. » (P. Denis Sonet)



Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Liturgie
commenter cet article

commentaires