Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 15:31



Extrait du discours prononcé par le Pape Benoît XVI aux évêques des Etats-Unis lors de la célébration des Vêpres au Sanctuaire de l’Immaculée Conception à Washington DC, le 16 avril 2008.

 

Vénérés frères dans l'épiscopat,

Ma joie est grande en vous saluant aujourd'hui, au début de ma visite dans ce pays, et je remercie le cardinal George des aimables paroles qu'il m'a adressées en votre nom (…). Les catholiques d'Amérique sont connus pour leur réelle dévotion à l'égard du Siège de Pierre. Ma visite pastorale ici est une occasion pour renforcer davantage les liens de communion qui nous unissent (…). Aujourd'hui, la communauté catholique que vous servez est l'une des plus vastes du monde et l'une des plus influentes (…).

Un grand nombre des personnes auprès desquelles John Carroll [« premier évêque de Baltimore et digne pasteur de la communauté catholique dans votre nation qui était devenue depuis peu indépendante »] et ses confrères évêques exercèrent leur ministère il y a deux siècles venaient de terres lointaines. La diversité de leur provenance se reflète dans la riche variété de la vie ecclésiale de l'Amérique d'aujourd'hui.
Chers frères évêques, je désire vous encourager, ainsi que vos communautés, à continuer à accueillir les immigrants qui s'unissent à vous aujourd'hui, à partager leurs joies et leurs espérances, à les soutenir dans leurs souffrances et leurs épreuves, et à les aider à prospérer dans leur nouvelle maison. C'est d'autre part ce que firent vos concitoyens pendant des générations. Dès les débuts, ils ont ouvert leurs portes à ceux qui étaient las, aux pauvres, aux "masses qui se pressaient à la recherche d'un souffle dans la liberté" (cf. Sonnet gravé sur la statue de la liberté). Telles étaient les personnes que l'Amérique a faites siennes.

Parmi ceux qui vinrent ici pour se construire une nouvelle vie, beaucoup furent capables de faire bon usage des ressources et des opportunités qu'ils y trouvèrent, et d'atteindre un haut niveau de prospérité. En vérité,
les citoyens de ce pays sont connus pour leur grande vitalité et créativité. Ils sont également connus pour leur générosité. Après l'attaque des tours jumelles, en septembre 2001, et également après l'ouragan Katrina en 2005, les Américains ont montré leur rapidité à venir en aide à leurs frères et sœurs qui étaient dans le besoin. Au niveau international, la contribution offerte par le peuple d'Amérique aux opérations de secours et de sauvetage après le tsunami de décembre 2004 est une démonstration supplémentaire de cette compassion. Permettez-moi d'exprimer mon appréciation particulière pour les innombrables formes d'assistance humanitaire offertes par les catholiques américains à travers les Caritas catholiques et les autres agences. Leur générosité a porté des fruits dans l'attention aux pauvres et aux indigents, ainsi que dans l'énergie manifestée dans la construction du réseau national de paroisses catholiques, d'hôpitaux, d'écoles et d'universités. Tout cela offre de solides raisons pour rendre grâce.

L'Amérique est également une terre de grande foi. Votre peuple est bien connu pour sa ferveur religieuse et il est fier d'appartenir à une communauté de prière. Il a confiance en Dieu et il n'hésite pas à introduire dans les discours publics des raisons morales enracinées dans la foi biblique. Le respect pour la liberté de religion est profondément enraciné dans la conscience américaine ; c'est un fait qui a contribué à ce que ce pays attire des générations d'immigrants à la recherche d'une maison où pouvoir librement rendre leur culte à Dieu selon leurs propres convictions religieuses.


(…) C'est sur ce sol fertile, nourri par tant de sources différentes, que vous, vénérés frères dans l'épiscopat, êtes appelés aujourd'hui à répandre la semence de l'Evangile. Cela m'amène à me demander comment, au XXIe siècle, un évêque peut répondre au mieux à l'appel à "faire chaque chose nouvelle en Jésus Christ, notre espérance"? Comment peut-il conduire son peuple à la rencontre avec le Dieu vivant?, source de cette espérance qui transforme la vie dont parle l'Evangile? Peut-être a-t-il tout d'abord besoin d'abattre certaines barrières qui empêchent cette rencontre.
Même s'il est vrai que ce pays est marqué par un authentique esprit religieux, l'influence subtile du sécularisme peut toutefois marquer la façon dont les personnes permettent que la foi influence leurs propres comportements. Est-il cohérent de professer notre foi à l'église le dimanche et ensuite, au cours de la semaine, de promouvoir des affaires ou des procédures médicales contraires à cette foi? Est-il cohérent pour les catholiques pratiquants d'ignorer ou d'exploiter les pauvres et les exclus ; de promouvoir des comportements sexuels contraires à l'enseignement moral catholique, ou d'adopter des positions qui contredisent le droit à la vie de chaque être humain de sa conception jusqu'à sa mort naturelle? Il faut résister à toute tendance à considérer la religion comme un fait privé. Ce n'est que lorsque la foi imprègne chaque aspect de leur vie que les chrétiens deviennent vraiment ouverts à la puissance transformatrice de l'Evangile.

Dans une société riche, un obstacle supplémentaire à une rencontre avec le Dieu vivant se trouve dans l'influence subtile du matérialisme, qui peut malheureusement très facilement concentrer l'attention sur le "centuple" promis par Dieu en cette vie, au détriment de la vie éternelle qu'il promet pour le temps à venir (Mc 10, 30). Il est aujourd'hui nécessaire de rappeler aux personnes le but ultime de l'existence. Elles ont besoin de reconnaître qu'elles ont en elles une profonde soif de Dieu. Elles ont besoin d'avoir l'opportunité de puiser à la source de son amour infini. Il est facile d'être subjugués par les possibilités presque illimitées que la science et la technique nous offrent ; il est facile de faire l'erreur de penser pouvoir obtenir par nos propres efforts la satisfaction des besoins les plus profonds. Il s'agit d'une illusion. Sans Dieu, qui nous donne ce que nous ne pouvons pas atteindre seuls, nos vies sont en définitive vides. Les personnes ont sans cesse besoin d'être appelées à cultiver une relation avec lui, qui est venu afin que nous ayons la vie en abondance (cf. Jn 10, 10). Le but de chacune de nos activités pastorales et catéchétiques, l'objet de notre prédication, le centre même de notre ministère sacramentel doit être celui d'aider les personnes à établir et à nourrir une telle relation vitale avec "le Christ Jésus, notre espérance" (1 Tm 1, 1).


Dans une société qui accorde beaucoup de valeur à la liberté personnelle et à l'autonomie, il est facile de perdre de vue notre dépendance des autres, ainsi que les responsabilités que nous avons à leur égard. Cette accentuation de l'individualisme a même influencé l'Eglise, donnant origine à une forme de piété qui souligne parfois notre relation privée avec Dieu au détriment de l'appel à être les membres d'une communauté rachetée. Et pourtant, dès le début, Dieu vit qu'"il n'est pas bon que l'homme soit seul" (Gn 2, 18). Nous avons été créés comme des êtres sociaux qui ne trouvent leur accomplissement que dans l'amour envers Dieu et envers leur prochain. Si nous voulons vraiment garder le regard fixé sur lui, source de notre joie, nous devons le faire comme des membres du Peuple de Dieu. Si cela semblait aller à l'encontre de la culture actuelle, cela ne serait qu'une preuve supplémentaire de l'urgente nécessité d'une évangélisation renouvelée de la culture.
 


Lire le texte intégral du discours du Pape Benoît XVI

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Benoit XVI
commenter cet article

commentaires

Hervé 23/06/2009 14:46

à Séculariste : le Vatican publie chaque année des comptes, ne racontez pas n'importe quoi SVP ! Très régulièrement, l'Etat du Vatican annonce que les dépenses annuelles sont supérieures aux recettes, ce qui montre que l'on est loin du mythe de l'Eglise ultra-riche... S'il y a du patrimoine à Rome, c'est le fruit de centaines de générations de catholiques qui ont travaillé et offert à l'Eglise des oeuvres d'art, pour la gloire de Dieu. Mais on ne peut pas imaginer que le Pape se mette à vendre la Chapelle Sixtine pour financer ses dépenses, donc le Vatican dépend toujours de la générosité des fidèles (et c'est précaire !) Si vous comparez son budget avec celui de la Commission Européenne, ou bien d'une entreprise employant le même nombre de personnes (et qui redonne une part de ses recettes pour des projets humanitaires), vous verrez que l'Eglise est plutôt pauvre du point de vue financier, en fait. Pour soutenir ti'hamo, je vous conseillerais de vous informer autre part qu'en lisant Onfray et Dan Brown, par exemple en allant sur le site de Zenit.org, ou sur La-Croix.com   Vous aurez ainsi une vision plus équilibrée...On peut critiquer les comportements et idées des chrétiens, mais il est préférable d'être intellectuellement honnêtes, plutôt que de répéter sans réfléchir des rumeurs et autres mythes.  Bonne journée quand même !

ti'hamo 23/06/2009 10:56

Ceci dit, faire remarquer qu'il est possible d'élargir le discours :combien de grands défenseurs des Droits de l'Homme, beaux discours et beaux principes, et qui dans la "vraie vie" n'en mettent aucun en pratique,combien de politiques tout prêts à prêcher l'ouverture aux autres cultures et, dans leurs discours, tout coulants d'amour et d'amitié pour les populations de banlieue, mais qui s'empressent de vivre entre gens bien mis dans des banlieues de luxe sans jamais côtoyer les "vrais gens" ?...et pour autant, dois-je immédiatement en conclure que les droits de l'Homme et le respect humain sont de la blague et juste bons à jeter ?(quant à vouloir dépeindre le pape comme un potentat richissime vivant dans le luxe et l'oisivieté confortable, aux dépends de ses pauvres fidèles exploités par des armées de curés pervers, frustrés et pédophiles, j'insiste : à part dans les bouquins de Brown ou les BD de Convard, je ne vois pas...  :-D(ah, si, dans Onfray aussi, peut-être...  une bibliothèque bien fournie, dites moi... :-)

ti'hamo 23/06/2009 10:51

...D'une manière générale, de toute façon, un fond de rancœurs auto-centrées nourries de mythes et de préjugés, coulis d'a prioris, ne fait pas une argumentation. Navré.(et attention au soutien de miky : dès qu'il s'agit de dénigrer "la religion", il perd de toute façon tout sens critique... :-)(ho, hé, ça va, on peut bien se faire plaisir, un peu...)

ti'hamo 23/06/2009 10:49

> "en prêchant au petit peuple l'acquisition du Paradis par la soumission à ses dirigeants et à ses maîtres, qui pour la plupart étaient des pratiquants assidus mais aussi de "généreux donateurs" ?Je vois que les mythes ont la vie dure.Vous avez oublié les gros et gras curés aux nombreuses maîtresses, l'insuisteur maigre et décharné aux yeux fiévreux, et le gros pape mou gentil mais manipulé par un ordre secret de fanatiques hauts placés.S'agit-il d'un concours pour le "scénario" du prochain Dan Brown, ou d'un abus de BD de Convard ?  :-D> "est-il cohérent d'annuler le mariage de personnes ostensiblement "catholiques", ostensiblement "riches", ... pendant que des milliers de cathos de base et de misère attendent en vain ?"Là, c'est triste : on sent exprimée une sorte d'espérance dans l'annulation... Comme quelqu'un attendant avec un espoir malsain la mort de sa vieille tante pour en hériter.ben c'est triste.Mais, de toute façon, il ne s'agit jamais à proprement parler d'une "annulation", mais plutôt d'une reconnaissance de nullité. Si un mariage n'est pas nul, il n'est pas nul, et ne le sera jamais.> "est-il cohérent d'avoir laissé impunis des milliers d'actes de pédophilie (souvent d'une évidence criante)"Qu'il s'agisse de prêtres, d'instituteurs, d'oncles, de gentils voisins, la particularité des actes pédophiles est justement de n'être PAS d'une "évidence criante". C'est d'ailleurs tout le problème, il me semble.(en général, "ils" ne font pas ça au vu est au su de tous, sur la place publique un samedi après-midi...)

ti'hamo 23/06/2009 10:45

> Séculariste pas très subtil :"- Tiendriez-vous ce même langage, Séculariste subtil, si Cohn Bendit avait été prêtre??  - Bien sûr !"Et bien, donc, voilà, vous venez d'absoudre tout prêtre pédophile, donc d'annuler vos propos ç ce sujet.Déjà, ça, c'est fait.  :-D