Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 12:55

A son retour à Rome, par une belle après-midi ensoleillée, le Pape aurait confié à une journaliste : Il fait beau aujourd’hui !

Ces propos ont aussitôt soulevé dans le monde entier une immense émotion et alimentent une polémique qui ne cesse de grandir.

Quelques réactions :

Le maire de Bordeaux :
« Alors même que le pape prononçait ces paroles, il pleuvait à verse sur Bordeaux ! Cette contre-vérité, proche du négationnisme, montre que le pape vit dans un état d’autisme total. Cela ruine définitivement, s’il en était encore besoin, le dogme de l’infaillibilité pontificale ! »

Le Grand Rabbin de France :
« Comment peut-on encore prétendre qu’il fait beau après la Shoah ? »

Le titulaire de la chaire d’astronomie au Collège de France :
« En affirmant sans nuances et sans preuves objectives indiscutables qu’il fait beau aujourd’hui, le pape témoigne du mépris bien connu de l’Église pour la Science qui combat ses dogmes depuis toujours. Quoi de plus subjectif et de plus relatif que cette notion de beau ? Sur quelles expérimentations indiscutables s’appuie-t-elle ? Les météorologues et les spécialistes de la question n’ont pas réussi à se mettre d’accord à ce sujet lors du dernier Colloque International de Caracas. Et Benoît XVI, ex cathedra, voudrait trancher, avec quelle arrogance ! Verra-t-on bientôt s’allumer des bûchers pour tous ceux qui n’admettent pas sans réserve ce nouveau décret ? »

L’Association des Victimes du Réchauffement Planétaire :
« Comment ne pas voir dans cette déclaration provocatrice une insulte pour toutes les victimes passées, présentes et à venir, des caprices du climat, inondations, tsunamis, sécheresse ? Cet acquiescement au temps qu’il fait montre clairement la complicité de l’Église avec ces phénomènes destructeurs de l’humanité, il ne peut qu’encourager ceux qui participent au réchauffement de la planète, puisqu’ils pourront désormais se prévaloir de la caution du Vatican. »

Le Conseil Représentatif des Associations Noires :
« Le pape semble oublier que pendant qu’il fait soleil à Rome, toute une partie de la planète est plongée dans l’obscurité. C’est là un signe intolérable de mépris pour la moitié noire de l’humanité! »

L’Association féministe Les Louves :
« Pourquoi il fait beau et pas elle ? Le pape, une fois de plus s’en prend à la légitime cause des femmes et montre son attachement aux principes les plus rétrogrades. En 2009, il en est encore là, c’est affligeant ! »

La Ligue des Droits de l'Homme :
« Ce type de déclaration ne peut que blesser profondément toutes les personnes qui portent sur la réalité un regard différent de celui du pape. Nous pensons en particuliers aux personnes hospitalisées, emprisonnées, dont l’horizon se limite à quatre murs ; et aussi à toutes les victimes de maladies rares qui ne peuvent percevoir par leurs sens l’état de la situation atmosphérique. Il y a là, sans conteste, une volonté de discrimination entre le beau, tel qu’il devrait être perçu par tous, et ceux qui ressentent les choses autrement. Nous allons sans plus tarder attaquer le pape en justice. »

Miky :
« Ce n'est pas parce que l'après-midi était ensoleillée - ce que le pape a pu expérimenter objectivement - qu'il est en droit d'en inférer qu'il faisait beau aujourd'hui. C'est une inférence à la meilleure explication illégitime, car en effet, l'après-midi aurait pu être ensoleillée pour une infinité d'autres raisons, et être belle malgré le fait qu'elle n'aurait pas été ensoleillée. Il faut tenir compte de la probabilité a priori qu'une journée soit belle, avant de pouvoir pratiquer cette abduction. Mais comment connaître cette probabilité a priori ? En l'absence de validation scientifique de l'hypothèse de l'existence de journées belles, on ne peut pas le savoir. Or la beauté appartient au domaine de la métaphysique qui est inacessible, donc, à l'expérimentation scientifique. Donc cette probabilité a priori est inconnaissable, et conséquemment, l'inférence papale à la meilleure explication est invalide. Ce que fait le pape n'est donc - inconsciemment - que de se conforter dans ce qu'il croit déjà, mais il n'apporte aucun argument réel à l'appui de son affirmation. De toute façon, si le pape trouve que des après-midi peuvent être belles, alors il peut trouver que des femmes peuvent être belles, ce qui légitimise la luxure et le polyamour. »

A Rome, certains membres de la Curie ont bien tenté d’atténuer les propos du pape, prétextant son grand âge et le fait qu’il ait pu être mal compris, mais sans succès jusqu’à présent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Un peu de détente...
commenter cet article

commentaires

Miky 31/03/2009 17:53

"Miky, tu sembles faire une fixation sur le principe de "contre nature", sans même qu'il soit défini, et dans une perspective qui me semble un peu ancienne.Qui de nous a prétendu se fonder sur ce principe tel que tu le décris ??"Euh... toi, Matthieu, Yves, etc. Je ne comprends pas que tu rejettes soudain ce principe. C'est le seul argument valable contre l'homosexualité qui ne soit pas en même temps un argument contre les relations sexuelles entre, par exemple, un homme et une femme ménopausée."Il faudrait savoir ce que l'on entend par "contre nature", donc par "nature". S'il s'agit de la nature de l'être humain tel que voulu par Dieu, alors il est bien dit que "l'homme s'attachera à sa femme et ils ne feront qu'une seule chair" et "que ce que Dieu a uni, l'Homme ne le sépare pas".Vu comme ça, l'adultère est contre-nature. Et tout péché contre la Charité également."Par "nature" et "contre-nature", je n'entends pas qqch d'essentiellement religieux et aucun catholique dans la droite ligne du Magistère et de la Tradition n'entend par là qqch d'essentiellement religieux, puisque la "loi naturelle" est supposée s'adresser à chaque homme, quel que soit sa foi ou sa non-foi.La "nature" d'un être, c'est ce à quoi cet être aspire réellement (et non pas ce à quoi il croit aspirer). Or une étude objective de l'être humain montre qu'il aspire (entre autres), à se reproduire. Pour cela, il dispose d'organes sexuels, dont la "nature" est donc d'entrer en rapport direct avec d'autres organes complémentaires, en vu d'assurer la pérennité de l'espèce. User ainsi de ses propres organes sexuels est donc en user conformément à leur "nature" (en ce sens, l'adultère n'est pas contre-nature, mais le préservatif si). Tout autre usage de ses propres organes sexuels qui exclu l'usage précédent est donc "contre-nature", que ce soit en usant d'un artifice ou en les utilisant avec un autre organe que celui normalement prévu.Une fois posé, ensuite, l'immoralité des actes "contre-nature", on dérive facilement l'immoralité de l'adultère, par l'usage de la raison. L'adultère, en effet, porte atteinte à l'intérêt de l'enfant à naître éventuellement de la relation adultérine. L'adultère est donc une faute "contre-raison" dans le cadre général d'une morale qui prohibe les actes "contre-nature".Mais si, comme je le fais, on rejette l'immoralité des actes "contre-nature", je ne vois pas comment (sur quelle base) on peut encore condamner l'adultère, l'inceste, la fornication, le polyamour, etc., à partir du moment où l'on s'est assuré que les relations sexuelles impliquées ont été détournées de toute possibilité de procréation. Ces relations sexuelles deviennent dès lors des sortes de "gros bisous"."L'aveuglement volontaire, et l'ignorance volontaire, ne sont pas, il me semble, des motifs d'atténuation de la faute.Rejeter ce que l'on peut voir, c'est bien un acte de la volonté. "Certes, et c'est bien ce que je disais, puisque l'ignorance volontaire, précisément, est... volontaire. C'est donc un péché.

ti'hamo 30/03/2009 10:53

> Eric Paul...si nous nous retrouvons sur le fait de ne pas brûler ou lapider ceux que l'on estime dans l'erreur (bon, sauf les hérétiques, évidemment :-),vous vous doutez bien que nous ne nous retrouverons pas tout à fait là-dessus :"La foi est un sentiment comme l'amour. Il ne se démontre pas, il ne se calcule pas. On l'a ou on ne l'a pas. Avoir la foi est une chance. Ne pas l'avoir, ou en avoir une autre que la vôtre n'est certainement pas une faute !"Enfin, comme toujours... :-/La foi n'est pas un sentiment.D'ailleurs, si la foi est "comme l'amour"... alors elle n'est pas que sentiment !Si elle est comme l'amour, alors cela veut dire qu'elle est : acceptation volontaire, fondée surs des éléments rationnels, d'autres plausibles, et d'autres que l'on se contente de reconnaître et qui dépassent la raison,et s'exprime par moments de façon plus poignante dans le sentiment, mais pas seulement et pas tout le temps.Et si c'est comme l'amour, alors ce n'est pas une fatalité, un sentiment qui peut venir et repartir,mais bien une relation qui se construit avec l'accord de notre volonté, et que l'on choisit ou non de poursuivre, de consolider, de préserver et de cultiver.(mais pas tout seul, oui).D'autre part, dans ce cas, si "avoir une autre foi" veut bien dire "rejeter volontairement certains points de foi et s'accorder volontairement à des façons de voir contraire à la vérité",alors c'est bien d'une faute qu'il s'agit (à nuancer bien sûr : ignorance irréductible, progression de la conscience et de la connaissance, etc...).Juste que, effectivement, on ne brûle pas quelqu'un pour des fautes.

ti'hamo 30/03/2009 10:52

"Combien plus horrible alors est l'usage du préservatif, car contrairement à l'adultère simple qui n'est qu'un péché contre la raison, mais reste conforme à l'usage naturel des organes sexuels, l'usage du préservatif dénature l'acte sexuel et est donc un péché contre-nature."Miky, tu sembles faire une fixation sur le principe de "contre nature", sans même qu'il soit défini, et dans une perspective qui me semble un peu ancienne.Qui de nous a prétendu se fonder sur ce principe tel que tu le décris ??Il faudrait savoir ce que l'on entend par "contre nature", donc par "nature". S'il s'agit de la nature de l'être humain tel que voulu par Dieu, alors il est bien dit que "l'homme s'attachera à sa femme et ils ne feront qu'une seule chair" et "que ce que Dieu a uni, l'Homme ne le sépare pas".Vu comme ça, l'adultère est contre-nature. Et tout péché contre la Charité également.""faute" serait plus approprié que "péché", car une faute commise sans participation de la volonté et/ou sans liberté ne saurait nullement être condamnable"L'aveuglement volontaire, et l'ignorance volontaire, ne sont pas, il me semble, des motifs d'atténuation de la faute.Rejeter ce que l'on peut voir, c'est bien un acte de la volonté.

Yves 29/03/2009 23:38

Je te remercie Miky pour cette vérité.

Miky 29/03/2009 23:30

Au sujet de l'Inquisition, évidemment, ce n'était pas l'idéal, mais effectivement, pour l'époque, cela a représenté un progrès, en apportant notamment plus d'objectivité et de rigueur dans les jugements. Et il n'y a pas eu autant de condamnations à mort qu'on le croit souvent (lesquelles n'étaient jamais directement le fait du clergé mais du "bras séculier"). Je n'ai pas l'Eglise tellement dans mon coeur, mais il faut être juste et vrai : les faits appuient ce qu'Yves à écrit. C'est quelque chose que même un athée se doit de reconnaître.