Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 06:38



Extrait du discours prononcé par le Pape Benoît XVI à la session inaugurale des travaux de la Ve Conférence générale de l’Episcopat latino-américain et des Caraïbes (CELAM), le 13 mai 2007.

 


Cette Conférence générale a pour thème : "Disciples et missionnaires de Jésus Christ, afin que nos peuples aient la vie en Lui".

L'Eglise a le grand devoir de protéger et de nourrir la foi du Peuple de Dieu, et de rappeler également aux fidèles de ce Continent que, en vertu de leur Baptême, ils sont appelés à être des disciples et des missionnaires de Jésus Christ. Cela implique de Le suivre, de vivre en intimité avec Lui, d'imiter son exemple et de témoigner. Chaque baptisé reçoit du Christ, comme les Apôtres, le mandat de la mission : "Allez dans le monde entier, proclamez l'Evangile à toute la Création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16, 15). Etre disciples et missionnaires de Jésus Christ et chercher la vie "en Lui" suppose que l'on soit profondément enraciné en Lui.

Que nous donne réellement le Christ? Pourquoi voulons-nous être disciples du Christ? La réponse est : Parce que nous espérons trouver dans la communion avec Lui la vie, la véritable vie digne de ce nom, et c'est pourquoi nous voulons le faire connaître aux autres, leur communiquer le don que nous avons trouvé en Lui. Mais en est-il véritablement ainsi? Sommes-nous réellement convaincus que le Christ est le chemin, la vérité et la vie?

Devant les priorités de la foi dans le Christ et de la vie "en Lui", formulée dans l'intitulé de cette Ve Conférence, pourrait également être soulevée une autre question : cette priorité ne pourrait-elle pas être, par hasard, une fuite vers l'intimité, vers l'individualisme religieux, un abandon de la réalité urgente des grands problèmes économiques, sociaux et politiques de l'Amérique latine et du monde, et une fuite de la réalité vers un monde spirituel?

Comme premier pas, nous pouvons répondre à cette question par une autre : Qu'est-ce que cette "réalité"?
Qu'est-ce que le réel? La "réalité", est-ce seulement les biens matériels, les problèmes sociaux, économiques et politiques? C'est précisément là que réside la grande erreur des tendances dominantes de ce dernier siècle, une erreur destructrice, comme le démontrent les résultats tant des systèmes marxistes que des systèmes capitalistes. Ils faussent le concept de réalité en l'amputant de leur réalité fondatrice et pour cela décisive qui est Dieu. Celui qui exclut Dieu de son horizon fausse le concept de "réalité" et, par conséquent, ne peut finir que sur des chemins erronés et avec des recettes destructrices.

La première affirmation fondamentale est donc la suivante : Seul celui qui reconnaît Dieu connaît la réalité et peut répondre à celle-ci de manière adéquate et réellement humaine. La vérité de cette thèse apparaît avec évidence devant l'échec de tous les systèmes qui mettent Dieu entre parenthèses.

Mais une question apparaît aussitôt : Qui connaît Dieu? Comment pouvons-nous le connaître? Nous ne pouvons pas entrer ici dans un débat complexe sur cette question fondamentale. Pour le chrétien, le cœur de la réponse est simple : Seul Dieu connaît Dieu, seul son Fils qui est Dieu né de Dieu, vrai Dieu, le connaît. Et Lui, "qui est tourné vers le sein du Père, lui, l'a fait connaître" (Jn 1, 18). D'où l'importance unique et irremplaçable du Christ pour nous, pour l'humanité. Si nous ne connaissons pas Dieu dans le Christ et avec le Christ, toute la réalité se transforme en une réalité indéchiffrable ; il n'y a pas de chemin, et comme il n'y a pas de chemin, il n'y a pas de vie, ni de vérité.

Dieu est la réalité fondamentale, non pas un Dieu seulement pensé ou hypothétique, mais bien un Dieu au visage humain ; c'est le Dieu-avec-nous, le Dieu de l'amour jusqu'à la croix. Lorsque le disciple arrive à la compréhension de cet amour du Christ "jusqu'au bout", il ne peut manquer de répondre à cet amour sinon par un amour semblable : "Je te suivrai où que tu ailles" (Lc 9, 57).

Nous pouvons encore nous poser une autre question : que nous donne la foi dans ce Dieu? La première réponse est : elle nous donne une famille, la famille universelle de Dieu dans l'Eglise catholique. La foi nous libère de l'isolement du moi, parce qu'elle nous conduit à la communion : la rencontre avec Dieu est, en elle-même et comme telle, une rencontre avec nos frères, un acte de convocation, d'unification, de responsabilité envers l'autre et envers les autres. En ce sens, l'option préférentielle pour les pauvres est implicite dans la foi christologique en ce Dieu qui s'est fait pauvre pour nous, pour nous enrichir de sa pauvreté (cf. 2 Co 8, 9).

Mais avant d'aborder ce qu'implique le réalisme de la foi dans le Dieu fait homme, nous devons approfondir la question : comment connaître réellement le Christ pour pouvoir le suivre et vivre avec Lui, pour trouver la vie en Lui et pour communiquer cette vie aux autres, à la société et au monde? Tout d'abord, il nous est donné de connaître le Christ dans sa personne, dans sa vie et dans sa doctrine par l'intermédiaire de la Parole de Dieu. Au début de la nouvelle étape que l'Eglise missionnaire d'Amérique latine et des Caraïbes se prépare à entreprendre, à partir de cette V Conférence générale à Aparecida, la connaissance profonde de la Parole de Dieu est une condition indispensable.

C'est pourquoi il faut éduquer le peuple à la lecture et à la méditation de la Parole de Dieu : que celle-ci devienne sa nourriture afin qu'à travers leur propre expérience, les fidèles voient que les paroles de Jésus sont esprit et vie (cf. Jn 6, 63). Autrement, comment annonceraient-ils un message dont ils ne connaissent pas en profondeur le contenu et l'esprit? Nous devons fonder notre engagement missionnaire et toute notre vie sur le roc de la Parole de Dieu. Dans ce but, j'encourage les Pasteurs à s'efforcer de la faire connaître.

Un instrument important pour introduire le Peuple de Dieu dans le mystère du Christ est la catéchèse. A travers celle-ci le message du Christ est transmis sous une forme simple et substantielle. Il faudra donc intensifier la catéchèse et la formation dans la foi, tant des enfants que des jeunes et des adultes. La réflexion mûre sur la foi est lumière pour le chemin de la vie et force pour être des témoins du Christ. A cette fin, on dispose d'instruments très précieux, tels que le Catéchisme de l'Eglise catholique et sa version abrégée, le Compendium du Catéchisme de l'Eglise catholique.

Dans ce domaine, il ne faut pas se limiter uniquement aux homélies, aux conférences, aux cours sur la Bible ou à la théologie, mais il faut recourir aux moyens de communication : la presse, la radio et la télévision, les sites internet, les forums et les nombreux autres systèmes pour transmettre efficacement le message du Christ à un grand nombre de personnes.



Lire le texte intégral du discours du Pape Benoît XVI  

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Totus Tuus
  • : A Jésus par Marie - Un site catholique pour apprendre à connaître et aimer Dieu de tout son coeur et de toute son intelligence.
  • Contact

Cher ami lecteur, tu es le e visiteur. La Paix soit avec toi. 

Ecouter un enseignement sur la foi catholique

Vous rendre sur le blog ami dédié à Claude Tresmontant

Visiteurs actuels