Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 00:00

 
Le samedi 9 septembre 2006, le Pape Benoît XVI s'est envolé à destination de la Bavière (Allemagne), sa terre natale. À son arrivée, le Saint Père a été accueilli par le Président de la République fédérale, M. Horst Köhler, par la Chancelière, Mme Angela Merkel, et le Ministre-Président de Bavière, M. Edmund Stoiber. M. Horst Köhler a adressé à Benoît XVI des paroles de bienvenue, puis le Pape a prononcé un discours. Extraits.

 

 

Allocution d'accueil du Président Horst Köhler

 

SAINT PÈRE,

 

(…) Tous nous sommes marqués et façonnés par notre pays natal et nos origines. C'est plus qu'un certain paysage ; le pays natal ce sont des modes de vie, des coutumes, c'est la musique et la littérature, ce sont des convictions, c'est une manière bien déterminée d'être au monde. Et le pays natal ce sont des relations humaines, des amis, des camarades, des membres de la famille et naturellement tout particulièrement les frères et soeurs et les parents. Quand nous disons que nous avons un pays natal, nous disons aussi que nous ne nous sommes pas faits et formés nous-mêmes. Nous devons ce que nous sommes à autre chose et à d'autres. Quand nous disons que nous avons un pays natal, nous reconnaissons aussi que nous avons des limites et nous nous reconnaissons dans une forme déterminée qui nous a marqués de son empreinte (…).

 

Saint Père, précisément en Allemagne, pays des origines de la Réforme, de nombreux chrétiens ont un vif souhait de compréhension oecuménique – et si on peut dire les choses très simplement – de progrès oecuménique. Je sais que l'on ne peut rayer d'un trait de plume 500 ans d'évolution différente de la théologie et de la pratique de la foi, et je sais que précisément ces cinquante dernières années beaucoup a été fait pour le rapprochement. Mais on me permettra, comme chrétien protestant, d'exprimer mon espérance de voir cette évolution oecuménique se poursuivre, avant tout dans le respect mutuel et dans la reconnaissance de ce qui profondément et essentiellement nous est commun. Ce qui nous unit n'est-il pas tellement plus important que ce qui nous sépare !

 

De toutes les régions de notre Terre les gens viennent à Rome pour vous entendre, sur la place Saint-Pierre, quand vous expliquez la foi. Ce puissant attachement montre à quel point les gens vous font confiance et comptent sur vous. Et même quand ils ne peuvent pas vous suivre ou veulent vous contredire, ils le font avec un grand respect pour la sagesse et la force convaincante de votre langage et de votre pensée.

 

Dans votre première Encyclique, vous n'avez pas seulement parlé de la foi comme d'un choix positif ; vous avez présenté votre premier message au monde comme une grande proposition, une invitation, sous le titre Deus caritas est, « Dieu est Amour ». Je comprends cela aussi comme un appel à toutes les religions et confessions à une prise de conscience et à un examen. Quand la religion et la foi sont instrumentalisées pour des fins terrestres, quelque chose ne va pas. Et quand elles sont utilisées pour justifier la guerre, la terreur et le meurtre planifié, alors rien ne va plus.

 

Depuis votre prise de fonction, c'est non seulement par des appels passionnés, mais avec beaucoup de détermination théologique et de force intellectuelle que vous, Saint Père, vous êtes opposé à un tel abus de la religion, qui peut jeter le discrédit sur toute et chaque conviction religieuse. J'espère vivement que votre message trouve de plus en plus d'oreilles attentives et marque les coeurs et les esprits, partout dans le monde.

 

 

Discours du Pape Benoît XVI

 

(…) Conscient de ce que j'ai reçu, je suis ici avant tout pour exprimer le profond sentiment de reconnaissance que j'éprouve pour tous ceux qui ont contribué à former ma personnalité au fil des décennies de ma vie. Mais je suis ici également en tant que Successeur de l'apôtre Pierre, pour réaffirmer et confirmer les liens profonds qui existent entre le Siège de Rome et l'Église dans notre patrie.

 

(…) Les relations de la Bavière avec le Saint-Siège, malgré quelques moments de tension, ont toujours été marquées par u"ne cordialité respectueuse. Dans les heures décisives de son histoire, le peuple bavarois a ensuite toujours confirmé sa profonde dévotion à la Chaire de Pierre et son ferme attachement à la foi catholique. La Mariensäule, qui s'élève sur la place centrale de notre capitale Munich, en est un témoignage éloquent.

 

Le contexte social d'aujourd'hui est, sous de nombreux aspects, différent de celui du passé. Je pense toutefois que nous sommes tous unis dans l'espérance que les nouvelles générations restent fidèles au patrimoine spirituel qui a résisté à travers les crises de l'histoire. Ma visite dans ma terre natale veut être également un encouragement dans ce sens : la Bavière est une partie de l'Allemagne, et appartient à l'histoire de l'Allemagne dans ses bons et ses mauvais moments, et elle peut être à juste titre fière des traditions héritées de son passé. Mon souhait est que tous mes compatriotes de Bavière et d'Allemagne tout entière prennent une part active à la transmission aux citoyens de demain des valeurs fondamentales de la foi chrétienne, qui nous soutient tous et qui ne divise pas, mais qui ouvre et rapproche les personnes appartenant à des peuples, des cultures et des religions différentes.

 

Cher Monsieur le Président de la République, à travers vos paroles, vous avez interprété les pensées de mon coeur : même si cinq cents ans ne peuvent pas être simplement effacés par des actes bureaucratiques, pas plus qu'à travers des discours intelligents, nous nous engagerons avec notre coeur et notre raison à nous rapprocher les uns des autres.

 

 

 

Lire le texte intégral des discours du Président Horst Kölher et du Pape Benoît XVI 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Totus Tuus
  • : A Jésus par Marie - Un site catholique pour apprendre à connaître et aimer Dieu de tout son coeur et de toute son intelligence.
  • Contact

Cher ami lecteur, tu es le e visiteur. La Paix soit avec toi. 

Ecouter un enseignement sur la foi catholique

Vous rendre sur le blog ami dédié à Claude Tresmontant

Visiteurs actuels