Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 18:59

Logo Compostelle

 

VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE BENOÎT XVI A SAINT JACQUES DE COMPOSTELLE ET BARCELONE – Discours de départ du Saint Père prononcée à l’aéroport de Barcelone, le 7 novembre 2010.

 

À Compostelle, j’ai voulu m’unir, comme un pèlerin parmi d’autres, aux nombreuses personnes d’Espagne, d’Europe et d’ailleurs qui viennent sur la tombe de l’Apôtre pour fortifier leur foi et recevoir le pardon et la paix. En tant que Successeur de Pierre, je suis aussi venu pour confirmer mes frères dans la foi. Cette foi qui, à l’aube du Christianisme, a atteint ces terres et s’y est enracinée si profondément qu’elle a forgé l’esprit, les coutumes, l’art et le caractère des personnes qui y habitaient. La volonté de préserver et d’accroître ce riche patrimoine spirituel est non seulement le signe de l’amour d’un pays pour son Histoire et sa culture, mais c’est aussi une voie privilégiée pour transmettre aux jeunes générations les valeurs fondamentales si nécessaires à la construction d’un avenir où la vie ensemble soit harmonieuse et solidaire.

 

Les chemins qui traversaient l’Europe pour arriver à Saint-Jacques étaient très différents les uns des autres. Chacun avait sa propre langue et ses propres caractéristiques, mais la foi était la même. Il y avait un langage commun, l’Évangile du Christ. En n’importe quel lieu, le pèlerin pouvait se sentir chez lui. Au-delà des différences nationales, il savait qu’il était membre d’une grande famille, à laquelle appartenaient aussi les autres pèlerins et habitants qu’il rencontrait sur son chemin. Que cette foi retrouve une nouvelle vigueur sur ce continent et qu’elle devienne source d’inspiration, faisant grandir la solidarité et l’esprit de service à l’égard de tous, spécialement des populations et des nations les plus nécessiteuses !

 

Départ

 

Audience Générale du Saint Père, le 10 novembre 2010.

 

En voyant le nombre de pèlerins présents à la Messe solennelle que j’ai eu la grande joie de présider à Saint-Jacques, je méditais sur ce qui pousse tant de personnes à quitter leurs occupations quotidiennes et à entreprendre le chemin de pénitence vers Compostelle, un chemin parfois long et fatigant ; c’est le désir de parvenir à la lumière du Christ, à laquelle ils aspirent au plus profond de leur cœur, même si souvent, ils ne savent pas l’exprimer de façon adéquate à travers les mots. Dans les moments d’égarement, de recherche, de difficulté, ainsi que dans l’aspiration à renforcer la foi et à vivre de façon plus cohérente, les pèlerins à Compostelle entreprennent un profond itinéraire de conversion au Christ, qui a pris sur lui la faiblesse, le péché de l’humanité, les pauvretés du monde, en les portant là où le mal n’a plus de pouvoir, là où la lumière du bien illumine toute chose. Il s’agit d’un peuple de marcheurs silencieux, provenant de toutes les régions du monde, qui redécouvrent l’antique tradition médiévale et chrétienne du pèlerinage, en traversant des villages et des villes imprégnées du catholicisme.

 

Source 1 et Source 2

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Benoit XVI
commenter cet article

commentaires