Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 09:58

Dimanche 26 juin 2011 – Solennité du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ (Année A)

 

La fête du Saint-SacrementLe blé humanisé, le pain divinisé

 

Première lecture : Deut. 8. 2-16

« N'oublie pas le Seigneur ton Dieu »

 

Psaume 147

« Il envoie sa Parole sur la terre »

 

Deuxième lecture : 1 Co 10. 16-17

« La multitude que nous sommes est un seul Corps, car nous avons tous part à un seul pain »

 

Evangile : Jn 6. 51-58

« Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi, je demeure en lui » 

 

***

Message audio du Pape : 2011

Angelus du Pape : 2008 - 2011

Homélie du Père Walter Covens : 2008

Homélie du Père Joseph-Marie Verlinde : 2011 

Audio de Radio Vatican : 2011

Ce que l’Evangile nous dit et me demande

Nous continuons à nous demander "où est Dieu", alors qu'il est avec nous (P. Raniero Cantalamessa)

"Prenez et mangez, ceci est mon corps" : ce n'est pas une abstraction (P. Pierre Desroches, de Montréal)

Ton corps est fait pour la grâce (P. Nicolas)

 

*** 

 

« Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie » (Jn 6. 51)

 

« 'Il est grand le mystère de la foi!' C'est l'acclamation que fait retentir le prêtre, quand vient de s'accomplir dans ses mains le mystérieux changement. L'Eglise a toujours cru au réalisme du changement qui s'effectue sur l'autel au moment de la consécration : "Le Seigneur n'a pas dit, écrit Théodore de Mopsueste (+ 428) : 'Ceci est le symbole de mon corps, ceci est le symbole de mon sang', mais 'ceci EST mon Corps, ceci EST mon sang', parce qu'il voulait que nous n'envisagions pas ces éléments, après qu'ils ont reçu la bénédiction et l'invocation de l'Esprit Saint, d'après ce que l'on en voit, mais que nous les recevions VRAIMENT comme son Corps et son Sang" (5e catéchèse mystagogique, citée par le P. Pierre Descouvemont in Guide des difficultés de la foi catholique).

 

« C'est un dogme pour les chrétiens que le pain se change en Son Corps, que le vin devient Son Sang. Ce qu'on ne peut comprendre et voir, notre Foi ose l'affirmer, hors des lois de la nature. L'une et l'autre de ces espèces, qui ne sont que de purs signes, voilent un Réel Divin. Sa Chair nourrit, Son Sang abreuve, mais le Christ tout entier demeure sous chacune des espèces. On Le reçoit sans Le briser, le rompre ni Le diviser ; Il est reçu tout entier. Qu'un seul ou mille communient, Il se donne à l'un comme aux autres, Il nourrit sans disparaître. Bons et mauvais Le consomment, mais pour un sort bien différent, pour la vie ou la mort. Mort des pécheurs, vie pour les justes ; vois : ils prennent pareillement ; quels résultats différents! Si l'on divise les Espèces, n'hésite pas, souviens-toi qu'Il est présent dans un fragment aussi bien que dans le tout. Le signe seul est partagé, le Christ n'est en rien divisé, ni Sa taille ni Son état n'ont en rien diminué. » (Séquence de la Messe du Saint-Sacrement).

        


Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Liturgie
commenter cet article

commentaires