Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 21:29

Le débat sur les rapports interreligieux en France est curieux. D’un côté, on voudrait bien qu’il y eût la paix ; de l’autre est-on si sûr d’employer les bons moyens pour la faire ?

Par parenthèse, je note que le discours n’est pas le même hors de France. Hors de France, il y a le discours, disons, européen, d’essence assez libérale. Chez nous,
surtout chez les chrétiens, nous tenons un certain discours sur les pays à majorité musulmane dans lesquels les citoyens chrétiens sont plus ou moins persécutés. D’un côté,
nous globalisons en disant que les chrétiens en Orient sont persécutés et en oubliant que ce n’est pas obligatoire et qu’il y a une culture du vivre ensemble ; de l’autre qu’il est intolérable que l’islam s’étende chez nous avec ses mœurs.

Le discours, que nos politiques tiennent sur la burqa et autre voile, est pour le moins déconnecté et surtout n’arrive pas à clarifier l’opinion et à la convaincre. Je ne sais pas si l’on se rend compte des contradictions dudit discours quand il est proclamé que la liberté de conscience ne peut s’exercer que dans le respect de la laïcité. Il existe même une logomachie surréaliste où sont évoquées, pêle-mêle, les valeurs de la république, la violence faite aux femmes, la lutte contre toute forme d’intégrisme et la promotion d’une société ouverte et tolérante.
Est-ce que la laïcité ne deviendrait pas persécutrice ?

Je tiens là des propos scandaleux qui ne se conforment pas à la pensée unique. Mais, de grâce, réfléchissez un peu. Le musulman qui vit chez moi est mon frère. Lui aussi a le sens de la fraternité, non pas seulement au sens de la devise républicaine mais aussi pour des raisons religieuses. Lui dire, par exemple, qu’on vient à lui avec un esprit laïc et affranchi de toute mentalité religieuse, rompt automatiquement la fraternité. Un oriental ne peut pas être athée ; s’affirmer tel le désoriente tout à fait, c’est le cas de le dire. Et replace de débat et l’incompréhension au plan religieux.

Il existe une crainte de l’islam et des musulmans et on projette les incidents qui se produisent là-bas chez nous. Sont-ils de même nature ?

Qu’il soit clair, on a raison de chercher une solution au nom des libertés publiques dont fait partie la liberté religieuse en vue de faire la paix sociale. La persécution des chrétiens n’est pas seulement une atteinte aux libertés mais un attentat contre la dignité de la personne humaine et une offense faite à Dieu.
Allons-nous répondre à la persécution des chrétiens là-bas, qui jusqu’à une époque récente laissait indifférente l’opinion, en employant les mêmes moyens contre les croyants de l’islam ? Ne serait-ce pas réflexe identitaire ? Il n’empêche qu’il faut aussi songer aux moyens à prendre pour éviter que les communautés musulmanes ne sombrent dans le fondamentalisme. Qu’au moins, les mesures susceptibles d’être prises en France n’aggravent les rapports interreligieux en Orient.

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Questions d'actualité
commenter cet article

commentaires

Hervé de P 22/02/2010 17:42


à Xavier : Mgr Brizard est à la fois Directeur Général de l'Oeuvre d'Orient (dont il connait très bien le contexte de pays majoritairement musulmans) et chargé par l'Eglise d'aider les Chrétiens
vivant dans les pays d'Orient. Il est donc sûrement mieux qualifié que vous pour parler de coexistence et du dialogue entre chrétiens et musulmans ! J'ai l'impression que même si le Pape, le
Concile et Jésus-Christ lui-même disait qqch dans un sens différent du vôtre, vous affirmeriez toujours comme beaucoup de catholiques intransigeant : "oui, mais l'islam est un problème, les
musulmans ne peuvent pas s'intégrer, ils sont pas comme nous et il faut rétablir la Chrétienté médiévale avec uniquement des Catholiques en Europe". Ce n'est pas la position de l'Eglise Catholique.
Nous sommes invités à vivre aux côtés et avec d'autres personnes, notamment des croyants qui bien que non-chrétiens, ont beaucoup à partager avec nous.

Donc d'une part écoutons ce que nous dit Mgr Brizard (les évêques suisses ont également expliqué après la votation sur les minarets qu'ils ne fallait pas interdire à des musulmans européens quelque
chose sous prétexte que certains de leurs coreligionnaires n'accueillent pas les chrétiens chez eux) et d'autre part ne mélangeons pas politique et religion. La plupart des musulmans sont modérés,
pacifiques et ne posent pas de problèmes particuliers. Si nous voulons être fidèles à l'Evangile, dialoguons avec eux (ce sont nos frères !), au lieu d'accuser toute la communauté musulmane (perçue
comme un ensemble d'envahisseurs) de tous les maux imaginables. Le Seigneur nous demande d'abord d'aimer notre prochain, qu'il soit Polonais catholique ou Sénégalais musulman ! Et pour cela, il ne
faut pas faire de notre prochain un épouvantail en le stigmatisant tout de suite.

Fraternellement,


Xavier 22/02/2010 14:11


Je suis pour ma part toujours très étonné de la vision un peu idéaliste de l'islam qu'ont certains occidentaux, même parmi les évêques. Doit-on rappeler à Mgr Brizard que le réflexe identitaire
vient d'abord des musulmans ? Doit-on lui rappeler que si le laïcisme est en effet un poison, la crainte d'un islam profondément opposé aux valeurs de nos sociétés n'est pas illégitime ni infondée
? Car que ce soit en France, en Grande-Bretagne ou en Hollande, l'islam a fait la preuve du problème qu'il pose à nos sociétés européennes. Il est idiot de se voiler la face (sans mauvais jeu de
mots) sous couvert d'un "vivre ensemble" répété de manière incantatoire.

Ajoutons qu'il est légitime pour un pays de refuser des éléments culturels qui ne correspondent pas à son identité. Rien de choquant là-dedans. Mais voilà qu'une certaine intelligentsia
européenne, tout en encensant les cultures étrangères et appellant à leur sauvegarde, nie le droit qu'a notre propre culture de se sauvegarder. C'est tout simplement absurde.
Or les immigrés musulmans portent en eux des éléments culturels qui ne peuvent se mélanger à notre culture occidentale pour la simple raison que celle-ci est née du christianisme (même si elle en
s'est profondément éloignée) et que christianisme et islam sont aussi hétérogènes que l'eau et l'huile. La burqa en est un bon exemple mais il n'est pas le seul. Nous avons donc le droit - et même
le devoir si nous voulons préserver un tant soit peu notre culture - d'opposer à certaines prétentions des musulmans une fin de non recevoir. Il n'y a là rien de choquant ni de contraire à la
justice.

Pour conclure, il est évident que nos frères musulmans doivent être accueillis et respectés. Mais c'est justement parce qu'ils sont accueillis sur une terre et par une culture spécifiques qu'ils
doivent ne pas chercher à imposer leur propre culture. A cela se pose la question de savoir comment évoluera l'islam dans nos sociétés occidentale. Pourra-t-il s'adapter à des valeurs qui lui sont
étrangères ? Pour des raisons inhérentes à l'islam, je persiste à dire que soit l'islam cherchera à s'imposer, par la force au besoin, - comme cela s'est toujours fait dans les pays où il
s'est implanté (l'Histoire, à ce sujet, est de bien meilleur conseil que les "bien pensants") - soit il disparaîtra.