Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 15:33

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Liturgie
commenter cet article

commentaires

NDN 18/02/2013 12:06


Je n'ai jamais dépensé un seul centime pour acheter une publication qui contribue à la démolition de l'Eglise. Par contre, il est vrai que je m'interesse parfois à l'hérésie pour mieux pouvoir la
combattre. Je vais même te faire une confidence : il m'arrive de "subtiliser" (pour le bien des âmes) quelques revues ou publications hérétiques au fond des églises... de les collectionner
quelques mois... et de les brûler dans un feu purificateur (une sorte de "contre-nuit" de Walpurgis, lol).


 


Un catholique romain utilise des publications romaines et qui se veulent universelles (Sacrosanctum Concilium, Graduale Romanum, etc). A l'inverse, un "catholique" gallican utilise des
publications gallicanes (Signes, Prions en Eglise, etc) et très loin d'être universelles. Bref, il se "créé" sa propre Eglise nationale comme cela est devenu une tradition en France depuis la
venue du gallicanisme (qui infecte encore aujourd'hui les 9/10 des paroisses françaises).

NDN 10/02/2013 22:33


Outre la liturgie dévoyée, "Signes" est doctrinalement plus que douteux pour ne pas dire hérétique. Dans le N°133 (à une réponse d'une personne de Dijon), la doctrine de la transubstantiation est
niée par Wackenheim (prêtre hérétique de Strasbourg). Pour lui, ce ne sont que des "spéculations scolastiques".


 


Voilà la revue que tu défend Matthieu ! Une Vérité de Foi qui devient "spéculation scolastique" et qui a, je cite "suscité des apories
métaphysiques". Quel délire ! Au feu cette revue !

Matthieu 16/02/2013 15:05



Cher Yves, je viens d'acheter ce dernier numéro 133 de Signes Musique (j'observe au passage que tu en es un lecteur plus assidû que moi! ). Je suis tout à fait d'accord avec toi sur cette réponse (qui n'est pas signée du P. Wackenheim, mais de "Signes Musique"), et qui est
vraiment très ambiguë... Cela n'enlève rien à la qualité de la plupart des chants présentés dans cette revue (dont celui-là même au sujet duquel le lecteur de Dijon s'interroge).



NDN 10/02/2013 22:11


Mon addiction devrait te réjouir car cela joue sur l'audience de ton blog. La revue "Signes" ne sert à rien. Un vrai liturgiste doit tout simplement connaître - au minimum ! -
Sacrosanctum Concilium de Vatican II sur le bout des doigts, le Missale Romanum qu'il utilise... et le Graduale Romanum. On peut tout à fait "tenir le créneau" et
respecter les normes liturgiques. De plus, comme nous le dit Benoît XVI, la liturgie renouvelée par le Concile Vatican II doit être lue selon une herméneutique de continuité. La lettre
accompagnant le Saint Motu Proprio Summorum Pontificum (que l'Avenue de Breteuil n'a pas encore digéré, lol) nous le rappelle. Benoît XVI (vers 2min15) nous dit aussi que la forme ordinaire ne doit pas être une
assemblée d'une certaine communauté mais toujours un acte de l'Eglise universelle (il faut donc utiliser des documents universels
tels Sacrosanctum Concilium, le Graduale Romanum... et non des revues très idéologiquement tournées... car il faut être aveugle pour ne pas voir que "Signes" est une revue pour vieux
gauchistes soixante-huitards). De plus, vers 1min05, Benoît XVI nous dit aussi qu'il n'y a AUCUNE opposition entre les 2 "formes" de la Liturgie romaine. Normalement, une personne qui n'est pas
du "serail catho" ne devrait pas voir de réelles différences entre les 2 formes.


 


La forme ordinaire, c'est normalement ça.


(introït de la Messe de Minuit : Dominus dixit ad me)


 


...et ne vient pas me dire que cela est impossible à faire dans une "simple" paroisse. Il suffit de bonne volonté, de quelques répétitions, ...et surtout, de l'amour que l'on doit avoir pour
notre sainte Mère l'Eglise. Si les gens avaient véritablement conscience que la Liturgie eucharistique doit être "un Ciel sur terre", la revue "Signes" n'existerait pas. La liturgie au rabais ?
Non merci ! Rien n'est jamais trop beau pour Dieu. Benoît XVI (oui, encore lui, j'en suis fan !) a eu de très belles paroles lorsqu'il était à N-D de Paris pour Vêpres (s'adressait-il aux
schtroumpfs ou à la CEF par un message subliminal ? peut-être... lol... : "La beauté des rites ne sera, certes, jamais assez recherchée,
assez soignée, assez travaillée, puisque rien n'est trop beau pour Dieu, qui est la Beauté infinie. Nos liturgies de la terre ne pourront jamais être qu'un pâle reflet de la liturgie céleste, qui
se célèbre dans la Jérusalem d'en-haut, objet du terme de notre pèlerinage sur la terre. Puissent, pourtant, nos célébrations s'en approcher le plus possible et la
faire pressentir !".

NDN 10/02/2013 18:37


Au secours !!! Le père Uberall ? C'est ta nouvelle référence liturgique ? Bravo ! Benoît XVI appréciera son talent de "liturgiste" ! "Signes" est une revue profondèment
anti-liturgique qui n'a aucune valeur magistérielle. Quant au PGMR, il ne dit absolument pas ça. Je renvois tes lecteurs au PGMR et ils verront d'eux-mêmes que ta
phrase n'existe pas. Mais on reconnait là ton habitude de faire dire à un texte officiel ce qu'il ne dit pas.


 


Le messe ci-dessus n'est pas célébrée dans la forme ordinaire. C'est une forme "OVNI" comme il en existe pas mal en France. On comprend la souffrance - que je partage - de Benoît XVI :
"En de nombreux endroits, cette créatitvité a souvent porté à des déformations de la Liturgie à la limite du supportable. Je parle d'expérience... et j'ai constaté combien les
déformations arbitraires de la Liturgie ont profondément blessé des personnes qui étaient totalement enracinées dans la foi de l'Eglise" (Lettre
aux évêques lors de la publication du Saint Motu Proprio "Summorum
Pontificum")

Matthieu 10/02/2013 19:04



Il y a à boire et à manger dans Signes Musique, il est vrai. Mais je n'irais pas jusqu'à dire que c'est une revue "anti-liturgique". Maintenant, prétendre qu'un cantique de la Parole après
l'homélie "blesse profondément des personnes enracinées dans la foi de l'Eglise", c'est une douce plaisanterie.


Tu l'ignores peut-être, mais les messes radio (ou TV)-diffusées obéissent à des règles strictes qui tiennent aux exigences de la programmation. Tout y est extrêmement minuté, et doit
impérativement tenir dans le créneau horaire imparti.


La diffusion de ces messes sur le site vise moins les catholiques (qui sont censés aller à la messe le dimanche, spa?) que les non catholiques, qui ont ainsi l'occasion d'entendre proclamer la
parole de Dieu et de découvrir (fut-ce de manière imparfaite) la liturgie de l'Eglise. Si cela ne te convient pas, rien ne t'oblige à venir ici. (mais il semble que tu sois devenu un Totus Tuus
addict! ce que je conçois. )



NDN 10/02/2013 16:57


Quelqu'un peut-il m'aider ? Cette "messe" est célébrée dans quel rite ?


Chanter un "truc" entre l'homélie et le Credo, c'est un rite "eustachien" ?

Matthieu 10/02/2013 18:00



"De même que l'homélie explique la Parole annoncée, de même un chant de l'assemblée approprié aux lectures peut permettre une méditation lyrique et une assimilation cordiale de la
Parole." (Missel Noté de l'Assemblée, cité par Etienne Uberall dans Signes Musiques n°59, août-septembre 2000, p. 4)


 


Le désir "d'acquiescer et de répondre à la Parole de Dieu entendue dans les lectures et l'homélie" avec un chant qui s'inspire de la Parole elle-même est apparu dès 1956.