Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 18:07

 

Un des mes bons amis sur Facebook me pose la question suivante :

 

« Je ne comprends pas le paradoxe qui consiste à être comme des enfants comme le réclame Jésus et de l'autre, Saint-Paul qui nous invite à dépasser notre état "d'enfance", à retirer tout ce qui soit propre à l'enfance, pour dépasser le "vieil homme". Si tu as des précisions, n'hésite pas, car la chose m'interroge. »

 

Voilà une belle question qui m’a inspiré la réponse suivante.

 

Pour ramasser les choses en une seule phrase, je dirais que : devenir adulte dans la foi, c'est devenir un enfant de Dieu. Un enfant dans l'Esprit est un adulte accompli dans la foi, car il a atteint la pleine maturité spirituelle qui consiste à vivre en totale dépendance de Dieu – à se recevoir entièrement de Lui. Celui qui croit qu'il peut vivre de manière autonome, sans Dieu, ou sans que Dieu prenne toute la place dans sa vie, est dans l'erreur : il est comparable à un petit enfant qui cherche à faire plier la réalité à sa volonté capricieuse. Il ne voit pas que sans Dieu, il n'est rien, il ne peut rien.

 

Au fond, nous sommes tous des enfants vis-à-vis de Dieu. Mais parmi tous ces enfants, il y a les capricieux (ou les ignorants), ceux qui pensent pouvoir faire les choses par eux-mêmes, se débrouiller tous seuls dans la vie. Et il y a ceux qui consentent à vivre avec Dieu, qui connaissent leur limite de créature. Les premiers comme les seconds sont des enfants vis-à-vis de Dieu ; mais les premiers sont des petits enfants puérils et capricieux (ou ignorants), tandis que les seconds sont des enfants de Dieu, adultes dans la foi, conscients des réalités du monde, de ce qu'ils sont et de ce qu'est Dieu.

 

On voit qu'en définitive, l'état d'adulte se défini dans le rapport que nous entretenons avec le principe de réalité (la Vérité). Soit nous la nions, ou nous tentons de la « reconstruire » autour de nos pensées, nos convictions, nos sentiments personnels ; soit nous l'accueillons, la respectons et nous efforçons d'y adapter notre pensée, nos convictions, nos sentiments personnels – auquel cas nous sommes suffisamment adultes dans la foi pour comprendre que nous sommes des enfants, des enfants de Dieu, des enfants pour Dieu, et que nous avons tout à recevoir de Lui.

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Questions sur la foi
commenter cet article

commentaires