Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2006 3 27 /09 /septembre /2006 07:30

Cher Pasteur,

Je souhaiterais réagir à l’un de vos derniers articles paru sur votre Blog  le 23 septembre 2006, et intitulé : "Benoît XVI accablé par ses défenseurs".

Dans ce petit texte, vous vous livrez à une vigoureuse critique du Pape Benoît XVI, avec toute votre sensibilité de chrétien protestant – que je respecte absolument ; mais vous comprendrez qu’un fidèle catholique ait envie de vous répondre avec sa sensibilité particulière, dans un esprit de dialogue et avec beaucoup de respect tant envers votre personne qu’envers vos convictions personnelles.

Vous accusez ainsi le Pape de trahir l’Evangile : « Benoît XVI (…) affirme, écrivez-vous, que l'Eglise dont il est chef est la seule véritable Eglise, alors quand ses paroles entraînent la division, le jugement et la condamnation de l'autre, il trahit l'Evangile. »

Il trahit l’Evangile pourquoi ? Parce qu’il se prétend, si je vous comprends bien, l’unique représentant de « la seule véritable Eglise », et que ses paroles entraînent la division, le jugement et la condamnation de l’autre, toutes choses contraires à l’Evangile.

Mais de quel Evangile parlons-nous ?

Avec de tels raisonnements, on pourrait reprocher en effet… au Christ lui-même de trahir l’Evangile ! Lorsque Jésus se présente par exemple comme l’Unique Vérité (Jn 14. 6), ou lorsqu’il affirme que seront condamnés tous ceux qui refuseront de croire en Lui (Mc 16. 16), ses paroles suscitent inévitablement la division, et sont perçues par ceux qui ne croient pas en Lui comme une condamnation...

C’est précisément cet Evangile dont vous parlez qui prophétise au sujet de Jésus qu’« Il sera un signe de contradiction » (Lc 2. 34). Et le Maître Lui-même avait prévenu ses Apôtres : « Si le monde a de la haine pour vous, sachez qu'il m'a haï avant vous (...). Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ». (Jn 15. 18-20) A un autre moment, Jésus déclare à ses disciples : « Malheureux êtes-vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous, car c'est ainsi que leurs pères agissaient à l'égard des faux prophètes » (Luc 6. 26).

Il ne me paraît donc pas très sérieux de tirer argument des remous provoqués par le discours de Ratisbonne pour affirmer du Pape qu’il « trahit l’Evangile ».

Lorsque vous prêtez au Saint Père des paroles de jugement et de condamnation, de quelles paroles parlez-vous ? Avez-vous lu le texte du discours de Ratisbonne ? Si tel est le cas, où pouvez-vous y lire la moindre condamnation ? Je veux dire : quant aux personnes. Car si condamnation il y avait dans les propos du Pape, elle ne pourrait concerner en vérité que ceux qui croient pouvoir user de la violence pour des motifs religieux.

Je sais bien que les journalistes occidentaux ont savamment entretenus l’équivoque sur la pensée du Pape en lui attribuant indûment des propos tirés d’une citation de l’Empereur byzantin Manuel II Paléologue ; mais si équivoque il y avait, il me semble qu’elle a été levée par les propos ultérieurs du Saint Père.

Une analyse objective du texte permet de constater que l’intention du Pape était en réalité d’affirmer que « la violence est en opposition avec la nature de Dieu et la nature de l'âme. »

Il est hautement regrettable que les médias aient occulté la seconde partie de la citation de l’Empereur byzantin, en tout point remarquable : « Dieu n'apprécie pas le sang, ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu. La foi est le fruit de l'âme, non du corps. Celui, par conséquent, qui veut conduire quelqu'un à la foi a besoin de la capacité de bien parler et de raisonner correctement, et non de la violence et de la menace... Pour convaincre une âme raisonnable, il n'est pas besoin de disposer ni de son bras, ni d'instrument pour frapper, ni de quelqu'autre moyen que ce soit avec lequel on pourrait menacer une personne de mort... ».

Commentaire du Pape sur ce passage : « L'affirmation décisive dans cette argumentation contre la conversion au moyen de la violence est :  ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu. » S’ensuit un long développement sur ce thème de la foi et de la raison.

Où voyez-vous cher Pasteur un quelconque jugement à l’égard de quiconque dans ce texte ? Qu’y a-t-il de contraire à l’Evangile dans ces paroles ? Qui peut donc se sentir offensé par ces propos ? Le Pape a-t-il le droit de dire que la violence n’est pas compatible avec la religion ? Ou bien le priez-vous poliment de se taire, afin ne pas froisser diplomatiquement certaines susceptibilités ? Mais dans ce dernier cas, n’est-ce pas alors qu’il y aurait trahison de l’Evangile…

Permettez-moi d’aller encore plus loin : même à supposer qu’il y ait eu dans les propos du Pape une quelconque condamnation à l’égard d’un groupe déterminé, elle ne serait pas en soi contraire à l’Evangile, si l’on englobe par ce terme toute l’économie de la Nouvelle Alliance, en ce compris les textes apostoliques. Souvenez-vous par exemple de l’exhortation de l’Apôtre Paul à Timothée dans sa deuxième Lettre : « Proclame la parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, mais avec une grande patience et avec le souci d'instruire. » (4. 2).

Votre analyse me paraît donc mal fondée. Ainsi que la conclusion sans appel que vous en tirez : « il me semble très dangereux, dites-vous, de se parer du titre de "vicaire du Christ". En effet, aucun chrétien ne peut se prétendre absolument fidèle à l'enseignement du Christ. Mais Benoît XVI a pris ce titre, bien plus, il affirme que l'Eglise dont il est chef est la seule véritable Eglise (…) ; le problème n'est pas dans la violence réelle ou non de l'Islam, il est dans ce que le pape représente et dans l'humilité du message évangélique... »

« Aucun chrétien, dites-vous, ne peut se prétendre absolument fidèle à l'enseignement du Christ » : c’est vrai. Mais c'est précisément pour cette raison qu'il fallait absolument que Dieu donnât ce charisme à son Eglise et à son Pape, pour que cet enseignement puisse demeurer dans son intégrité et être transmis sans altération à travers les siècles...

« Quant au charisme dont vous parlez, me répondez-vous, c'est précisément le point qui nous oppose.

« Premièrement je ne crois pas que l'Eglise se limite à l'Eglise catholique romaine et je ne lui reconnaît aucun pape » : ça, serais-je tenté de dire, c’est votre opinion,…

« Deuxièmement, la Bible et l'Esprit Saint me paraissent suffire amplement à ce que malgré les altérations et dérives (y compris pontificales…), la Bonne Nouvelle nous soit transmise : la preuve que cela ne suffit pas, c’est l’absence d’unité du monde protestant auquel vous appartenez, unité qui vous est pourtant si chère à vous lire, et que vous considérez (à juste titre) comme un critère d’authenticité évangélique… Sans vouloir vous offenser, j’observe chez nombre de mes amis protestants une fâcheuse propension à la division et à la condamnation de l’autre (« le Pape trahit l’Evangile ! » ; ou d’un autre blogueur protestant en commentaire sur ce Blog : « tu propages plein de mensonges »…)

« Troisièmement, je serais assez curieux de savoir comment vous appuyez bibliquement votre affirmation quant à l'autorité nécessaire du pape... : de cela, je suis tout à fait disposé à discuter avec vous, cher Pasteur. Mais sans vous désobliger, je serai curieux pour ce qui me concerne de savoir comment vous justifiez bibliquement la Sola Scriptura...

 

 

 

Lire également le fil au sujet de l'Eglise Catholique Romaine sur le Blog de Miky.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Matthieu 15/10/2007 19:40

Pour les lecteurs qui découvriraient cet article, je me permets de leur indiquer qu'il a une suite :Cf. http://totus-tuus.over-blog.com/article-3986872.html& http://totus-tuus.over-blog.com/article-4024429.html

Matthieu 15/10/2007 19:37

"Celles et ceux qui voudraient lire une autre interprétation du texte biblique, ceux-là peuvent consulter le site internet http://www.astromythologie.com dans un premier temps, et le Roman Sabéen dans un second."Cher Claude, il n'y a pas une manière d'interpréter la Bible, ni deux, mais une multitude... La lecture de l'Eglise catholique n'est qu'une des lectures possibles. La seule garantie que c'est la vraie lecture, selon la volonté de Dieu, c'est l'inspiration de l'Esprit Saint vivant dans l'Eglise de Jésus-Christ.

claude gétaz 14/10/2007 13:13

Dans son discours de Ratisbonne, le Pape Benoît XVI déclare entre autres ceci : Dans le septième entretien (dialexis - controverse) édité par le professeur Khoury, l’empereur [Manuel II Paléologue] aborde le thème du djihad, de la guerre sainte. Assurément l’empereur savait que dans la sourate 2, 256 on peut lire : « Nulle contrainte en religion ! ». C’est l’une des sourates de la période initiale, disent les spécialistes, lorsque Mahomet lui-même n’avait encore aucun pouvoir et était menacé. Mais naturellement l’empereur connaissait aussi les dispositions, développées par la suite et fixées dans le Coran, à propos de la guerre sainte. Sans s’arrêter sur les détails, tels que la différence de traitement entre ceux qui possèdent le « Livre » et les « incrédules », l’empereur, avec une rudesse assez surprenante qui nous étonne, s’adresse à son interlocuteur simplement avec la question centrale sur la relation entre religion et violence en général, en disant :  « Montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu y trouveras seulement des choses mauvaises et inhumaines, comme son mandat de diffuser par l’épée la foi qu’il prêchait ».  L’empereur, après s’être prononcé de manière si peu amène, explique ensuite minutieusement les raisons pour lesquelles la diffusion de la foi à travers la violence est une chose déraisonnable.  Le texte mis en exergue, ou en aparté, est à rapprocher de cet autre texte du Nouveau Testament de la Bible (qui emprunte ici à l’Evangile selon Saint Matthieu, chapitre X – un Evangile que nous lisons ici dans la Bible numérisée sur Internet de Darby, mais qu’on retrouve également dans les autres Bibles) 32 Quiconque donc me confessera devant les hommes, moi aussi je le confesserai devant mon Père qui est dans les cieux ;33 mais quiconque me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est dans les cieux.  34 Ne pensez pas que je sois venu mettre la paix sur la terre ; je ne suis pas venu mettre la paix, mais l’épée :  35 car je suis venu jeter la division entre un homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère ;36 et les ennemis d’un homme seront les gens de sa maison.37 Celui qui aime père ou mère plus que moi, n’est pas digne de moi ; et celui qui aime fils ou fille plus que moi, n’est pas digne de moi ;38 et celui qui ne prend pas sa croix et ne vient pas après moi, n’est pas digne de moi.39 Celui qui aura trouvé sa vie, la perdra ; et celui qui aura perdu sa vie pour l’amour de moi, la trouvera.40 Celui qui vous reçoit, me reçoit ; et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé.41 Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète, recevra la récompense d’un prophète ; et celui qui reçoit un juste en qualité de juste, recevra la récompense d’un juste. Même discours dans la Bible de Jérusalem :  Matthieu 10, 32 "Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est dans les cieux;Matthieu 10, 33 mais celui qui m'aura renié devant les hommes, à mon tour je le renierai devant mon Père qui est dans les cieux.  Matthieu 10, 34 "N'allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. …   Nul besoin, après avoir lu les textes ci-dessus, de se chamailler pour savoir si telle religion est meilleure que telle autre. Dans les deux cas, en effet, nous sommes en présence d’une scène de la vie religieuse qui peut s’interpréter, dans le cas de la Bible, de la manière suivante : Quand Jésus s’exprime de la manière qu’on lit ci-dessus, il incarne un Centaure qui se situe derrière le Toit du Monde (on est là sur le planisphère céleste). Et parce que ce Centaure a auprès de lui un Dragon qui est venu poser ses étoiles sur la frontière nord du dit planisphère, il se dote, lui qui est le Centaure, d’une épée qui n’est rien d’autre que ce même Dragon (lui qui, on l’a dit, est venu poser ses étoiles sur les hauteurs du planisphère céleste). Et fort de cette épée un peu particulière, notre Centaure, qui ressemble alors à Saint Georges, se met à diviser ou à séparer la troupe divine qui le suit en deux groupes, avec les bons d’un côté et les méchants de l’autre. Et comme nous sommes ici sur le planisphère céleste, les bons sont celles des constellations qui réintègrent la partie visible du planisphère, comparés à des méchants qui sont représentés, eux, par celles des constellations qui demeurent dans son espace invisible.  On demandera peut-être, si l’on est un théologien ou un docteur de telle ou telle Eglise, ce que signifie un pareil charabia ? Celles et ceux qui voudraient lire une autre interprétation du texte biblique, ceux-là peuvent consulter le site internet http://www.astromythologie.com dans un premier temps, et le Roman Sabéen dans un second. On y apprend notamment que les anciens adoraient les astres en matière de religion. On objectera, si l’on est un lecteur averti de la Bible, que ceux qui adorent les astres, en d’autres termes les astrolâtres, étaient, à cette époque, des gens condamnés par l’Eglise, une Eglise qui a toujours interdit à ses fidèles d’adorer d’autres dieux que le Dieu Unique et créateur de l’univers (lequel s’appelle Yahvé, ou Elohim, dans l’ancien testament de la Bible, l’Eternel Dieu dans le Nouveau, et enfin Allah dans le Coran). Pour bien comprendre cette interdiction, il faut partir du principe que le dieu du Livre est Yahvé Sabaoth, ou, ce qui revient au même, un Dieu qui est non seulement le Maître du Temps et du Zodiaque, mais également le chef de l’armée des astres. Quant à des personnages tels qu’Abraham, Moïse ou Jésus, ils incarnent, dans la religion sabéenne qui nous occupe en ce moment (elle qui renvoie au culte des astres) tous les trois le Centaure.  Et parce que le Centaure disparaît dans l’espace invisible, il adore une religion nouvelle (fondée sur la foi en un dieu unique qui a créé les cieux et la terre), comparé à des fidèles, qui, parce qu’ils incarnent des constellations qui n’ont pas encore disparu dans l’espace invisible, adorent des idoles qui sont elles aussi des étoiles ou des constellations (lesquelles diffèrent, par définition, des membres de la troupe divine conduite par un Yahvé Sabaoth qui, souvenons-nous, est chef de l’armée des astres). **** Le sabéisme, pour en revenir à lui, peut-être analysé de deux points de vue différents : celui d’une secte dont ne sait à vrai dire pas grand-chose, et celui de l’idéologie prônée par cette secte. Voyons d’abord en quoi consiste la secte des Sabiens telle qu’on la découvre sous la plume de deux grands intellectuels qui ont fait autorité à leur époque : Ernest Renan et Moïse Ben Mimoun dit Maimonide. Ecoutons d’abord Ernest Renan dans Marc Aurèle ou La fin du monde antique : La tolérance des gnostiques, leur prosélytisme ouvraient si larges les portes de l'église que tout y passait. Des religions qui n'avaient rien de commun avec le christianisme, des cultes babyloniens, peut-être des rameaux du bouddhisme, furent classés et numérotés par les hérésiologues parmi les sectes chrétiennes. Tels furent les baptistes ou sabiens, depuis désignés sous le nom de mendaïtes, les pérates, partisans d'une cosmogonie moitié phénicienne, moitié assyrienne, vrai galimatias plus digne de Byblos, de Maboug ou de Babylone que de l'église du Christ, et surtout les séthiens, secte en réalité assyrienne, qui fleurit aussi en Egypte. Quant à Maimonide, la table des matières (ou des chapitres) du tome III de son livre Le Livre des Egarés présente le chapitre 29 de la manière suivante :  CHAP. XXIX. Certaines pratiques cérémonielles trouvent leur explication dans la religion des anciens Sabiens, ou païens, dans laquelle avait été élevé le patriarche Abraham, qui le premier proclama l’existence d’un Dieu unique. Les livres des Sabiens, et notamment le grand ouvrage intitulé l’Agriculture nabatéenne, renferment beaucoup de fables, de superstitions et de pratiques absurdes et impies, qui remontent à une haute antiquité, et que Moïse voulait empêcher de s’introduire parmi les Hébreux. C’est par là que s’expliquent beaucoup de lois cérémonielles, dont, au premier abord, il est difficile de se rendre compte. Divers détails sur la religion des Sabiens et sur le culte qu’ils rendent au soleil et aux autres astres; fables qu’ils débitent sur Adam, sur Seth, sur Noé, sur Abraham; fable du prophète Tammouz; énumération de leurs livres les plus accrédités.  Au tome I du même livre, on lit, au chap. 63. (Du nom d’EHYE (je suis celui qui suis) et de quelques autres noms, tels que Yah, Schaddaï, ‘Hasin, Çour. . .) :   Ce qu’il faut savoir, pour que toutes ces obscurités te soient éclaircies, c’est ce que je vais te dire. Tu sais combien étaient répandues en ces temps-là les opinions des Sabiens (note), et que tous les hommes alors, à l’exception de quelques uns, étaient livrés à l’idolâtrie, je veux dire qu’ils croyaient aux esprits (des astres) et aux conjurations, et qu’ils faisaient des talismans. Munk, l’éditeur et commentateur de Maimonide, précise en note : Par le mot Sabiens ou Sabéens, notre auteur, à l’exemple d’autres écrivains arabes, désigne les adorateurs des astres, et en général les idolâtres; on trouvera des détails sur les Sabiens dans la IIIe partie de cet ouvrage, chap. XXIX, où l’auteur dit que la religion des Sabiens embrassait toute la terre. Ce même Munk est encore plus complet dans une note consignée dans le chap. 29 du tome III : Ainsi que je l’ai déjà fait observer dans mes Réflexions sur le culte des anciens Hébreux, p. 2 (publiées dans le t. IV de la Bible de M. Cahen), Maimonide, comme beaucoup d’autres auteurs arabes de son temps, entend par le mot ou Sabiens tous les peuples païens en général. Les livres dans lesquels il avait puisé sa connaissance des cultes païens et dont il parlera plus loin lui donnèrent lieu de croire que ces cultes étaient en général basés sur l’astrolâtrie. Par conséquent, dans le langage de Maimonide, religion des Sabiens signifie la même chose que paganisme. Dans le Coran (ii, 59; y, 73; xxii, 17), les Sabiens sont mentionnés à côté des juifs et des chrétiens, comme une communauté religieuse possédant des livres révélés et ayant part à la vie future. On est généralement d’accord que les Sabiens du Coran sont les Mendaïtes ou chrétiens de Saint-Jean, qui, à cause de leurs fréquentes ablutions, sont appelés en syriaque  (ou selon la prononciation des Mendaïtes, qui suppriment le y), c’est-à-dire les Baptistes. Voy. E. Castelli Lexicon-syriacum seorsim typis describi curant alque sua adnotata adjecit, J. D. Michaélis, p. 749. Les auteurs arabes, à partir de l’époque du khalife Al-Mamoun, donnent aussi le nom de Sabiens aux païens de Harran et de quelques autres villes de la Mésopotamie, totalement différents des Sabiens du Coran, ce qui a donné lieu à une grande confusion. On a fait de vains efforts pour trouver l’étymologie du nom de Sabiens appliqué aux païens. La conjecture qui a eu le plus de succès est celle de Pococke (Specimen hist. ar., p. 139), qui fait venir ce nom du mot hébreu armée, et qui y voit une allusion au culte des astres appelés  l’armée du ciel; mais cette étymologie n’est pas plus plausible que toutes les autres. Nous savons maintenant qu’il n’y a en réalité qu’une seule espèce de Sabiens, à savoir les Mendaïtes, mais que les païens de ‘Harran, menacés d’être exterminés par le khalife Al-Mamoun, usurpèrent vers l’an 830 de l’ère chrétienne, sur le conseil d’un docteur musulman, le nom de Sabiens, et prétendirent être la secte mentionnée sous ce nom dans le Coran et recommandée par le prophète à la protection des musulmans. Ce fait est rapporté dans le Kitab Al-Fihrist par Mohammed ben ls’hak al-Nedîm (voy. l’extrait de ce livre donné par M. de Hammer dans le Journal Asiatique, septembre- octobre 1841,1, p. 254 et suiv.). II avait déjà été publié par Hottinger, Historia Orientalis, p. 169, et, d’après lui, par Spencer, De legibus Hebrœorum rituatjbus, I. H, cap. i, sect. 2 (p. 241 de l’édition de Cambridge, 1685, in-fol.). C’est surtout dans l’ouvrage publié sur les Sabiens par M. Chwolson, que le fait en question a été mis en lumière et appuyé de preuves nombreuses. L’auteur montre comment le nom de Sabiens, appliqué dans le Coran aux seuls Mendaites et employé dans ce sens par les auteurs arabes, jusqu’à l’époque d’Al-Mamoun, servit ensuite à désigner également les Harraniens et finit, au VIe siècle de l’Hégire, par être employé dans le sens général de Païens. Voy. Die Ssabier und der Ssabismus (2 vol. gr. in-8°, St-Pétersbourg, 1856), t. I, ch. vi, p. 139 et suiv., et tout le chap. viii. Cet excellent ouvrage renferme de nombreux détails sur la religion des Harraniens, qui peuvent éclaircir plusieurs faits rapportés par Maïrnonide dans ce chapitre et dans les suivants, ou notre auteur a pour but d’expliquer en grande partie les pratiques cérémonielles prescrites par Moïse, au moyen des usages superstitieux des Sabiens ou païens que les lois mosaïques tendaient à faire disparaître. **** On peut résumer cette affaire en disant que le sabéisme est la religion des astres. Ainsi que je tâche de le montrer dans Le Roman Sabéen, l’armée des astres se compose de constellations très précises, lesquelles s’opposent sur le planisphère céleste, à d’autres constellations ainsi qu’aux nuages de la Voie Lactée. Ceci dit, quand Munk, présentateur de Maimonide, déclare qu’Abraham adorait un dieu unique (comparé à des Sabiens qui vénéraient des idoles), ou quand ce même Munk déclare que le Moïse du Livre de l’Exode de la Bible cherche à mettre fin à l’idolâtrie grâce à des lois mosaïques qui sont ici le Décalogue, il faut bien s’entendre sur les termes. En effet, on pourrait penser qu’Abraham et Moïse, grands personnages de la Bible, sont tous deux les promoteurs d’une religion nouvelle fondée sur le monothéisme. Or il n’en est rien. Ceci dit, pour comprendre qu’il n’en est rien, il faut une connaissance minimale des lois de l’astronomie (qui se confond ici avec l’astrologie). Supposons en effet qu’Abraham et Moïse soient tous les deux une constellation appelée Centaure. Quand ce même Centaure monte sur la montagne du Sinaï chercher les Tables de la Loi, nous sommes en l’occurrence sur un planisphère céleste où le Centaure est pour l’heure caché ou invisible. Il l’est car il se situe, au moment indiqué (sous-entendu : dans l’esprit des Anciens) derrière le planisphère céleste (du moins derrière sa partie visible). Quand à l’armée des astres, elle incarne une troupe d’Hébreux qui est en train de rejoindre le Centaure derrière ce même planisphère. Et là est la nouveauté : quand toute cette troupe aura reçu du Centaure les Dix Commandements, elle sera armée non seulement pour réapparaître dans la partie visible du planisphère céleste, mais pour y réapparaître sous une forme civilisée, forme qu’elle n’a pas, ou qu’elle a perdue, lorsqu’elle est en train d’adorer des idoles plutôt que Yahvé (qui est ici, sous le nom de Yahvé Sabaoth, le chef de l’armée des astres). En l’occurrence, et je demande à ceux qui visitent ce forum d’accepter cela comme un fait avéré, ces idoles sont représentées par les étoiles de la constellation appelée Dragon (un Dragon qui impressionne celles des constellations qui, sous le nom d’Apirou, ou Hébreux, ou Ibri, ou Hapirou, appartiennent à l’armée divine, une armée emmenée vers le toit du monde (qui s’identifie ici au planisphère céleste) par un Centaure qui s’appelle Moïse, et qui s’appelle Abraham quand ce même Abraham se veut le défenseur d’une religion nouvelle fondée sur le monothéisme. Ceci étant, ce qu’il faut retenir, ici, c’est que le sabéisme est la religion par laquelle les hommes, à tel moment de l’antiquité, adoraient les astres (le soleil, la lune, Jupiter, Mars, Mercure, ect. sans parler des nombreuses constellations qui se meuvent sur le planisphère céleste (lesquelles sont au nombre de 88 d’après la nomenclature établie par les spécialistes en astronomie). Et quand Munk ou Maimonide donne à entendre que la religion des astres s’étend à toute la terre, on peut interpréter un tel propos de deux manières : soit on considère que la dite religion était l’apanage de tous les peuples à tel moment de l’histoire des hommes, soit on considère qu’un pareil propos se réfère au planisphère céleste, lequel est alors occupé, en sa partie visible, par des constellations qui, au lieu de croire au Dieu unique, croient en des idoles, et notamment en cette idole au profil très particulier qu’est la constellation du Dragon. ET tandis que seront punies ou châtiées par Dieu celles des dites constellations qui croient aux vertus du Dragon, les autres, elles, acceptent de rejoindre Moïse, c’est-à-dire le Centaure, dans l’espace invisible, ce qui leur permet d’avoir la vie sauve. Et non seulement elles sont sauvées, mais elles reçoivent, à cette occasion, les Dix Commandements leur permettant de mener une vie nouvelle (elle-même survenant quand les constellations sauvées par Dieu réintègrent - nous sommes alors au prochain tour de roue de la part du Zodiaque - la partie visible du planisphère céleste). Tout cela est un peu compliqué, c’est vrai, pour celui qui n’a pas étudié un minimum d’astronomie ou qui n’a pas lu le Roman Sabéen, un Roman qui se propose de définir en termes de constellations, et donc d’assigner un rôle, sur le planisphère céleste, aux principaux personnages dont on lit les aventures non seulement dans la Bible, mais également dans les textes sacrés des autres religions (religions égyptienne, mésopotamienne, védique, phénicienne, grecque, des anciens Aztèques ou Toltèques, etc., etc.). 

Eric George 27/09/2006 09:51

Cher Matthieu, mon but n\\\'était pas de blesser une sensibilité catholique (d\\\'autre catholiques romains que je connais sont assez d\\\'accord pour dire que dans cet épisode, l\\\'attitude de Benoît XVI est criticable). Et je suis tout à fait ravi de ce droit de réponse qui ouvre un dialogue respectueux et sans double langage.1) J\\\'ai lu entièrement le discours de Ratisbon, et je maintiens que pour appuyer son raisonnement (sur bien des points duquel je suis d\\\'ailleurs en profond désaccord), Benoît XVI pouvait trouver de nombreuses citations de théologiens plus connus et absence de toute allusion à l\\\'Islam, de plus Boît XVI ne s\\\'est pas désolidarisé de sa citation. Donc je ne pense pas que celle-ci aie été prise tout à fait par hasard ou maladresse.2) Sur Jésus comme cause de division. Plusieurs choses. Tout d\\\'abord Benoît XVI n\\\'est pas le Christ, il me semble. Deuxièmement, Jésus, qui était juif vient proposer une radicale contestation du monde juif. Il n\\\'a jamais attaqué aussi violemment les païens, et à même brisé les barières qu\\\'avait établies ses corréligionnaires. De la même façon Timothée est envoyé vers les jeunes communautés chrétiennes. Nous sommes donc dans un contexte de critique interne (une histoire d\\\'enlever la poutre dans notre oeil plutôt que de s\\\'occuper de la paille de l\\\'oeil du voisin).  Bref, nous ne sommes pas vraiment là dans le même contexte. Et si vous relisez mon article entièrement, je m\\\'appuie sur la prise de position de certains défenseurs "non catholiques" de Benoît XVI qui s\\\'appuyent sur ces propos pour fustiger l\\\'Islam en entier.3) Sur l\\\'unité. Effectivement elle m\\\'est chère mais elle ne veut absolument pas dire uniformité. Je crois profondément que l\\\'Eglise de Jésus Christ est Une, de même que le corps est un mais il y a plusieur membres et quand l\\\'oeil dit à la main, "tu ne fais pas partie du corps..." je crois que nous sommes, là aussi, dans un cas de trahison de l\\\'Evangile (rappelez vous Dominus Iesus)... Donc pour moi l\\\'Eglise est une (par sa source d\\\'inspiration et son affirmation que Jésus le Christ est Seigneur et Sauveur et diverse par ses modes d\\\'expressions, exactement comme l\\\'étaient l\\\'Eglise primitive. L\\\'Eglise catholique romaine  fait assurément partie de cette Eglise invisible (et je suis en désaccord sur ce point avec les églises protestantes qui affirment l\\\'inverses) mais celle-ci  ne se limite certainement pas à l\\\'Eglise catholique romaine. Mon opinion dites-vous ? Certainement mais encore une fois je la crois fondée bibliquement. Et parce que, avec ses confessions différentes, l\\\'Eglise est une, la clause de critique interne me paraît respecter exactement comme Paul encourage Timothée à le faire et comme il le faisait lui-même, il est important ques ces communautés puissent, dans le respect mutuel s\\\'interpeler les unes les autres. Quand j\\\'écris, le pape trahit l\\\'Evangile, je n\\\'en fait pas une attitude générale, je dis simplement que dans ce cas précis, il y a trahison. Je n\\\'affirme pas du tout que le pape est l\\\'Antéchrist, l\\\'Eglise Réformée n\\\'en est plus vraiment là...4) Pour le sola scriptura, c\\\'est avec plaisir que j\\\'essayerai de préciser cette notion (d\\\'habitude les théologiens catholiques nous opposent cette question quand nous parlons de la Tradition, pas du pape)...

sylvie 27/09/2006 09:40

Bonjour MathieuMoi je ne juge passinontrop de polmémyqueBisousSylvie

Présentation

  • : Totus Tuus
  • : A Jésus par Marie - Un site catholique pour apprendre à connaître et aimer Dieu de tout son coeur et de toute son intelligence.
  • Contact

Cher ami lecteur, tu es le e visiteur. La Paix soit avec toi. 

Ecouter un enseignement sur la foi catholique

Vous rendre sur le blog ami dédié à Claude Tresmontant

Visiteurs actuels