Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 08:42

Le texte qui suit n’est pas à proprement parler une homélie. Mais comme la femme était à l’honneur en ce dimanche, je vous propose de méditer le très beau texte de Gn 2. 18-24 (1ère lecture de ce 27e dimanche ordinaire de l’année B) avec Marie-Noëlle Thabut, formatrice biblique dont les textes inspirent nombre de prédicateurs dominicaux.

« Au commencement, lorsque le Seigneur Dieu fit la terre et le ciel »
 : cette formule au passé risque de nous tromper ; et c'est peut-être la seule difficulté de ce texte, le piège dans lequel il ne faut pas tomber. Le piège serait de croire que nous sommes en face d'un film pris sur le vif.

Bien évidemment, cette façon de lire ne résiste pas à la réflexion ; d'abord, nous ne sommes pas assez naïfs pour croire qu'un journaliste assistait à l'oeuvre de Dieu au premier jour ; d'autre part, nous savons bien que la première condition pour une bonne lecture consiste à savoir distinguer les genres littéraires.

Nous sommes ici, dans les premiers chapitres de la Genèse, en face d'un écrit qu'on appelle de « sagesse », c'est-à-dire non pas d'histoire mais de réflexion : au dixième siècle avant Jésus-Christ, probablement, à la cour du roi Salomon, un théologien était assailli de questions : Pourquoi la mort ? Pourquoi la souffrance ? Et pourquoi les difficultés des couples ? Et tous les pourquoi de notre vie, auxquels nous nous heurtons si souvent... Pour répondre, il a raconté une histoire comme Jésus racontait des paraboles.
L'auteur n'est pas un scientifique, c'est un croyant : il ne prétend pas nous dire le quand et le comment de la Création ; il dit le sens, le projet de Dieu. En particulier, l'histoire ou la parabole qui nous occupe aujourd'hui cherche à bien situer la relation conjugale dans le plan de Dieu. Comme toute histoire, comme aussi les paraboles de Jésus, cette histoire de notre théologien du dixième siècle emploie des images : le jardin, le sommeil, la côte ; sous ces images se devine un message : un message qui concerne tous les hommes et toutes les femmes de tous les temps (…).

Le message de ce texte tient en quatre points :

Premièrement, la femme fait partie de la Création dès l'origine
 ; cela ne fait de doute pour aucun d'entre nous, aujourd'hui, mais à l'époque, c'était original. En Mésopotamie, par exemple, (la patrie d'Abraham), où on réfléchit tout autant sur la Création et où on se forge aussi des explications à travers des récits tout aussi grandioses et poétiques, on prétendait que la femme n'a pas été créée dès le début, et que l'homme s'en passait très bien. La Bible, au contraire, affirme qu'elle a été créée dès l'origine du monde et surtout qu'elle est un cadeau de Dieu : sans elle l'homme ne peut pas être heureux et l'humanité ne serait pas complète.

Deuxième message : le projet de Dieu, c'est le bonheur de l'homme
 ; en Mésopotamie encore, il y a plusieurs dieux, tous rivaux entre eux, et quand ils se décident à créer l'humanité, c'est parce qu'ils ont besoin d'esclaves. Alors que, dans la Bible, il n'y a qu'un seul Dieu, et quand il crée l'homme et le place dans le Paradis, ce jardin merveilleux est pour l'homme. Et l'expression « Il n'est pas bon que l'homme soit seul » signifie que Dieu recherche le bonheur de l'homme.

Troisième message : c'est une affirmation très importante et très novatrice de la Bible : la sexualité est une chose belle et bonne, puisqu'elle fait partie du projet de Dieu 
; elle est une donnée très importante du bonheur de l'homme et de la femme : « L'homme quittera son père et sa mère, il s'attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu'un. »

Quatrième message : l'idéal proposé au couple humain n'est pas la domination de l'un sur l'autre, mais l'égalité dans le dialogue ; et qui dit dialogue dit à la fois distance et intimité.
Sur ce point, l'hébreu est plus suggestif que le français ; dans notre langue, les mots « homme » et « femme » ne sont pas de la même famille ; alors que, en hébreu, homme se dit « ish » et femme « ishshah » : ce sont deux mots très proches, de la même famille et pour autant pas identiques ; le mot « ishshah » qui désigne la femme est tout simplement le mot féminin dérivé de celui qui désigne l'homme. On se rappelle le moment où l'homme avait nommé les animaux : il avait donné un nom à chacun, mais jamais ce mot-là, jamais un nom dérivé de son nom à lui, parce qu'il sentait bien justement la distance, et le pouvoir que Dieu lui conférait sur les animaux ; mais devant la femme, son cri est d'émotion, de reconnaissance au vrai sens du terme : il la reconnaît comme sienne ; et d'ailleurs quand Dieu dit son projet, la Bible dit : « Il n'est pas bon que l'homme soit seul, je vais lui faire une aide qui lui correspondra » ; on devrait traduire littéralement « comme son vis-à-vis ».

Mais si l'homme reconnaît que la femme est sa plus proche, il n'y est pourtant pour rien, il la reçoit de Dieu comme un cadeau
 ; la délicatesse du texte est extraordinaire ici : « Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l'homme s'endormit », lisons-nous. C'est Dieu qui agit, l'homme dort : on retrouve plusieurs fois dans la Bible cette image de sommeil, dans des moments très importants pour l'humanité ; avec Abraham, par exemple, quand Dieu fait alliance avec lui, la Bible emploie le même mot traduit ici par « sommeil mystérieux » et que la Bible grecque traduit par « extase » ; manière très humble de dire que l'action de Dieu est tellement grande, tellement solennelle, qu'elle échappe à l'homme ; il ne peut pas en être témoin.

Enfin, l'image du sommeil évoque aussi, bien sûr, la nuit : quand l'homme se réveillera, une aube nouvelle aura commencé pour l'humanité, puisque la femme est née !

Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Matthieu BOUCART - dans Homélies
commenter cet article

commentaires