Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 17:52


Première Partie
: LA CREATION


L’ORDRE DE L’UNIVERS FACE AU HASARD

 

 


Nous avons vu que le monde dans lequel nous vivons n’a pas toujours existé ; qu’il a commencé d’être avec le Big Bang ; qu’avant, il n’y avait ni matière, ni espace, ni temps. Une intelligence douée de raison ne peut donc pas ne pas se poser la question de l’existence de Dieu. Car si le néant ne peut créer le monde ; faire que soudain, il y ait quelque chose plutôt que rien ; Dieu, Lui, par sa Toute-Puissance, le peut.


Faisons maintenant une grosse concession au dogme athée (il faut savoir faire des sacrifices, parfois…). Imaginons que le monde soit né de rien. Que comme ça, subitement et sans explication, l’univers ait surgi du néant. Il se pose alors un problème gigantesque sur lequel toutes les théories non-croyantes se cassent irrémédiablement les dents : ce problème, c’est celui de l’ordre admirable qui règne dans notre univers.

Dans votre calendrier, n’indique-t-on pas l’heure du lever et du coucher du soleil ? La date du printemps, de l’été, de l’automne, de l’hiver ? Le soleil, le quartier de la lune, les saisons, connaissent-ils des retards ? Et pourquoi ? Connaissez-vous une machine si bien montée que l’univers ? Une machine incroyablement complexe, d’une précision inouïe…

Vous savez que les astronomes arrivent à prévoir le passage des éclipses, à calculer avec précision la trajectoire d’un astre. Mais savez-vous que Urbain Le Verrier est arrivé à découvrir uniquement par des calculs mathématiques l’existence et la position d’une planète, Neptune, invisible à l’œil nu ? Que cette découverte fut confirmée par l’Observatoire de Berlin qui aperçut la planète à l’endroit exact déterminé par les calculs de l’astronome français, en 1846 ?

Notre univers, chers amis, est remarquablement organisé. Loin d’être chaotique, le cosmos est merveilleusement ordonné.
Nous savons aujourd’hui qu’il obéit à des lois ; que toute la nature est régie par des lois ; qu’il y a des lois en physique, des lois en chimie, des lois en biologie, des lois en mathématiques… Mais d’où viennent ces lois ? Qui a écrit ses lois ?

Pour les plus grands scientifiques, il n’y a pas de doute. Citons ainsi Werner Von Braun, spécialiste des fusées de la NASA : « Pour moi, je n’ai pas à me prouver Dieu. Je peux dire que je le vois et que j’en expérimente en quelque sorte la présence pour la seule raison qu’il me paraît inconcevable de penser qu’on pourrait faire des calculs et des prévisions scientifiques si précis et si complexes que ceux que nous avons dû faire pour faire décoller nos fusées, si cet univers cosmique n’était pas soumis à des lois précises et constantes qui seules peuvent les permettre. Il n’y a, que je sache, jamais eu de lois sans législateur. Dieu est pour moi ce Législateur suprême ».

Même son de cloche du côté de Charles Fehrenbach, savant de réputation internationale, directeur d’Observatoire, médaillé d’or du CNRS : « A mon avis, dit-il, le plus bel objet du monde, vu au télescope, est Saturne et son anneau : un astre d’une beauté absolument extraordinaire ! Quand vous voyez cela, vous en avez le souffle coupé ! Et vous vous dites : comment un tel système peut-il exister ? Une si prodigieuse organisation, d’une si grande perfection ? On sait qu’il existe, on ne sait pas pourquoi. Cet émerveillement vous touche bien sûr au fond du cœur. Il touche les croyants, mais aussi les non croyants. Bien sûr, je ne trouve pas Dieu parce que je suis astronome. Cependant, je reste croyant en étant astronome. Et ma foi n’est pas diminuée par le fait que je le suis. Loin de là ».

Quand au naturaliste Pierre-Paul Grassé, il déclarait ceci : « Si je suis revenu à la foi, c’est par la science… Nous vivons dans un monde ordonné. Or, qui dit ordre dit intelligence ordonnatrice ».

Tous les scientifiques ne tiennent pas cependant ce beau langage, et certains considèrent notre univers comme le simple fruit du hasard. Ils prétendent que c’est le hasard qui a agencé les choses comme nous les voyons. Le monde actuel serait l’une des multiples combinaisons possibles qui pouvait sortir du tohu-bohu initial. Bref, Dieu n’est pas nécessaire, pensent-ils. « L’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’univers d’où il a émergé par hasard » écrivait Jacques Monod, éminent biologiste disparu en 1976, dans son fameux ouvrage « Le hasard et la nécessité ».

Le hasard peut-il vraiment constituer une explication intellectuellement satisfaisante au monde dans lequel nous vivons et à l’apparition de la vie humaine ? Je ne le crois pas. Tout simplement, je le répète, à cause de l’ordre qui règne dans l’univers.

Hasard est un mot d’origine arabe qui désigne le jeu de dés. Le hasard, qui est aveugle, s’oppose à l’intelligence, qui est lucide. Un monde né du hasard serait donc nécessairement chaotique, comme le faisait observer Albert Einstein dans sa fameuse lettre de 1952 à son ami Maurice Solovine : « On pourrait et même on devrait, disait le génial scientifique, s’attendre à ce que le monde soit soumis à la loi dans la mesure seulement où nous intervenons avec notre intelligence ordonnatrice. Ce serait une espèce d’ordre comme l’ordre alphabétique des mots d’une langue. L’espèce d’ordre, par contre, créé par exemple par la théorie de la gravitation de Newton est d’un tout autre caractère. Car si les axiomes de la théorie sont posés par l’homme, le succès d’une telle entreprise suppose un ordre d’un très haut degré du monde qu’on n’était, a priori, nullement autorisé à attendre. C’est cela le miracle, qui se fortifie de plus en plus avec le développement de nos connaissances »

Si l’Evolution flottait au gré du hasard, le règne animal serait un fatras de formes inintelligibles que le paléontologiste n’arriverait pas à relier les uns aux autres. D’ailleurs, il n’y aurait pas de paléontologiste…

Dans la vie, le hasard ne produit régulièrement que du désordre. Si je jette en l’air les 5 lettres ARSPI, il me faudra beaucoup de temps pour obtenir PARIS dans l’ordre. Le plus difficile serait d’y parvenir à tous les coups… De même, disait le médecin et biologiste Jacques Ruffié, peut-on imaginer écrire un livre, même avec 1 milliard d’années devant soi, en tirant les lettres d’un sac, les yeux fermés ?

Si l’on démonte un réveil et que l’on place ses différentes pièces dans une poêle à frire, on aura beau remuer le tout, on n’arrivera jamais à reconstruire le réveil. Pour reconstruire le réveil, il faudrait une intelligence. Une intelligence lucide et ordonnatrice qui ne peut procéder du hasard qui, lui, est aveugle.

Si le hasard peut rendre compte exceptionnellement d’un ordre passager – par exemple, j’ai gagné au loto, et j’ai gagné par hasard – il ne peut pas rendre compte d’une harmonie générale et permanente comme celle que nous découvrons dans le monde, ou en nous, dans notre propre corps. Une somme de hasard ne créé pas de lois. Or, le gland donne toujours un chêne, et l’on n’a jamais vu qu’une graine de capucine donnât naissance à un bébé éléphant !

Des forces aveugles inconscientes ne suffisent donc pas à expliquer l’ordre admirable constaté au cœur des choses, des plantes ou des animaux, des êtres, en un mot, dépourvus eux-mêmes d’intelligence, mais qui obéissent à des lois intelligibles.

Avez-vous déjà vu les hirondelles un soir d’octobre s’assembler et s’envoler en un nuage tourbillonnant ? Elles semblent obéir comme à un signal mystérieux… Lorsque la belle saison est close, elles partent en Afrique. Elles volent entre 1.000 et 1.500 mètres d’altitude à une vitesse régulière entre 50 et 60 km/h en suivant des routes de migrations invariables, dormant la nuit et circulant le jour, s’alimentant de ce qu’on appelle le plancton aérien. Au mois d’avril, on les voit revenir, isolément. Le même couple retrouve son ancien nid après un aller-retour de plusieurs milliers de kilomètres…

La simple observation de la nature et de son intelligence prodigieuse suffit à discréditer la thèse du hasard. Car ce qui est privé de connaissance ne peut tendre à une fin que dirigé par un Être connaissant et intelligent, comme la flèche par l’archer.

Qu’on l’observe au microscope ou au télescope, le monde est gorgé d’intelligence, comme un arbre de sève au printemps. Tout le contraire du chaos ! Le monde est fait avec intelligence. Il a donc été fait par une Intelligence. Il faut être logique : si le hasard aveugle provoque habituellement le chaos, et l’intelligence lucide l’ordre intelligible, puisque notre monde est admirablement ordonné, c’est qu’il procède nécessairement d’une intelligence lucide, et non du hasard.

Comme disait Alfred Kastler, ancien Prix Nobel de physique, connu pour ses travaux sur le rayon laser : « si nous découvrions un jour sur la face cachée de la lune une usine d’aluminium qui fonctionne toute seule, nous aurions du mal à penser qu’elle est le résultat du hasard, et nous dirions plutôt qu’elle a été installée par des extra-terrestres. Ce serait en tous les cas l’explication la plus raisonnable. Or, le corps humain est 10 millions de fois plus compliqué qu’une usine entièrement automatisée ! Il est dès lors difficile de penser qu’il n’existe pas une Intelligence souveraine qui ait prévu tous ces processus biologiques complexes que nous observons à la surface de la terre ».

Jules Carles
, naturaliste et directeur de recherche au CNRS raisonnait de manière analogue : « Si une automobile passe sur la route, j’admettrais facilement qu’elle puisse, par hasard, tenir la route pendant 10 mètres sans que personne ne soit au volant. J’admettrais même cette absence de conducteur pour 10 mètres de plus, 100 mètres à la rigueur. Mais si l’automobile est venue de Paris à Toulouse sans tomber dans aucun fossé, j’en arriverai à croire qu’il y avait un conducteur ». Or, le chemin qui va du virus à l’homme est infiniment plus complexe que celui joignant Paris à Toulouse…

Savez-vous qu’en vertu des lois mathématiques des permutations, une maîtresse de maison qui doit placer 10 convives autour d’une table peut le faire à son choix de plusieurs millions de façons différentes ? Et que si elle en reçoit 20, elle aura 2 milliards de milliards de choix ! Comment rendre compte alors de milliards d’organismes monocellulaires d’abord, pluricellulaires ensuite, par le seul jeu du hasard ? Combien de milliards de milliards de hasards a-t-il donc fallu pour aboutir jusqu’à nous ?

(Soit dit-en passant, que ceux qui songent aux données de la foi catholique en considérant que l’on ne peut pas y croire ; que la vie après la mort, l’éternité de délices promise aux hommes par la Bible ; le Paradis, l’immortalité, la fin de toutes nos souffrances ; que tout cela est trop beau pour être vrai ; que ceux-là se posent la question : est-ce que le fait même de vivre sur cette terre, compte tenu de ce que nous venons de dire, n’est pas déjà en soi un authentique miracle ; est-ce que ça n’est pas déjà en soi « trop beau pour être vrai » ? Oui, quand on y réfléchit un peu sérieusement, le fait même que nous vivions dans ce monde est réellement prodigieux, incroyable. Incroyable, mais vrai ! Et vous voyez : il arrive que la réalité dépasse ce que l’homme peut concevoir ou rêver de plus fou !)

Pour conclure sur le hasard, je dirai qu’au fond, prétendre que l’univers ordonné dans lequel nous vivons est né du néant par le simple jeu du hasard est infiniment plus absurde que d’affirmer qu’une mouche puisse peindre par hasard une œuvre comme la Joconde. Et ce n’est pas une boutade ! Pourquoi ? Parce que la mouche, elle, a le mérite d’exister, tandis que le néant par définition n’existe pas. Ensuite, parce que Mona Lisa, pour aussi admirable qu’elle soit, se trouve limitée à quelques centimètres de toile, alors que l’univers, lui, est riche d’une profusion inouïe de merveilles multiples, de l’infiniment petit de l’atome à l’infiniment grand du cosmos... Par conséquent, si l’on est logique avec soi-même et que l’on considère absurde qu’une mouche puisse par le simple jeu du hasard produire une œuvre telle que La Joconde, alors il faut admettre a fortiori que l’univers dans lequel nous vivons ne peut pas procéder du hasard.

« Les particules originelles,
disait André Frossard, par l’effet de la sympathie et de la confiance qu’elles s’inspirent, sans impulsion ni directions extérieures, auraient commencé à s’associer de manière à former, de quarks en atomes, d’atomes en molécules, des architectures de plus en plus compliquées… jusqu’à réussir, après des milliards d’années d’efforts soutenus à composer une professeur d’astrophysique avec des lunettes et une moustache. C’est du merveilleux à l’état pur.

« La doctrine de la Création ne demandait qu’un seul miracle à Dieu. Celle de l’auto-création du monde exige un miracle par micro-seconde… Le dogme chrétien a tout de même un avantage sur la magie permanente du dogme scientiste : il est beaucoup plus raisonnable ! »

Pour Jean-Paul II enfin, « parler de hasard à propos d’un univers qui présente une organisation si complexe dans ses éléments, et une finalité si merveilleuse dans sa vie, signifie renoncer à chercher une explication au monde tel qu’il nous apparaît. En réalité, ceci équivaut à vouloir admettre des effets sans cause. Il s’agit là d’une abdication de l’intelligence humaine qui renoncerait ainsi à penser, à chercher une solution à ses problèmes ».

Partager cet article

Repost0

commentaires

corsi 04/09/2011 23:47



Vous avez la foi et je respecte cela , je m'en tiens à ce que la logique permet, en effet, le hasard ne peut construire un univers avec les règles qui sont les siennes et, qui nous remplissent
d'admiration .


Mais le destin de l'homme je l'ignore ,la Bible, le Coran , la torah, sont des livres remplis de symboles que l'on peut interpréter de différentes façons ,qui ont été écrits il y a for longtemps
par diverses personnes inspirées elles mêmes par des récits oraux , il m'est impossible d'accorder une certitude absolue a ces récits, si Dieu nous a donné une intelligence capable de regarder
l'univers en face il nous a donné par ce fait  la possibilité de réfléchir et d'accepter notre ignorance 



Matthieu 05/09/2011 16:59



"Si Dieu nous a donné une intelligence capable de regarder l'univers en face"... il nous a donné aussi une intelligence capable de vérifier l'authenticité de la Révélation
divine. Comment pouvez-vous dire qu'il vous est "impossible d'accorder une certitude absolue" au récit biblique avant d'avoir fait l'analyse? - avant d'avoir examiné aussi les
différentes interprétations possibles (que vous évoquez) et réfléchi sur le point de savoir si toutes les interprétations se valent?


 


Si la question vous intéresse, je ne saurais que trop vous recommander l'admirable ouvrage de Claude Tresmontant, Le problème de la Révélation, qui
porte sur la vérité du fait de la Révélation : "Avant d'étudier le contenu et les richesses de la Parole de Dieu, il faut d'abord s'enquérir de la question de savoir si cette
parole est bien de Dieu, si c'est bien Dieu qui parle". Je vous renvoie également à ma série d'articles sur Comment savoir quelle est la "vraie religion"? ainsi qu'à la série d'articles que je vais prochainement publier
sur cette question de la Révélation (dans la catégorie "Dieu existe-t-il?"). 


 


Vous invoquez la logique? Eh bien soyons logique! Si Dieu existe - ce que vous semblez admettre facilement, ce qui est tout à votre honneur -, il doit pouvoir se révéler. On ne voit pas en effet
quelle mystérieuse nécessité empêcherait Dieu de se révéler aux hommes qu'il a créé. La Révélation existe donc au moins à titre de possibilité, une possibilité qu'il ne serait pas
raisonnable ni logique d'exclure a priori.


 


De même, on peut penser que si Dieu se révèle à l'homme, il lui donne toutes les garanties quant à l'authenticité même de cette révélation (Dieu nous connaît mieux que quiconque : il sait que
l'homme, dans sa folie, est capable d'affabuler, d'inventer, de se construire un imaginaire mythique ; il sait aussi que nous avons un ennemi puissant capable de nous égarer - le démon ; il est
donc mieux placé que quiconque pour savoir que nous avons besoin de garanties et de preuves).


 


Dès lors : si Dieu peut se révéler (et pourquoi ne le pourrait-il pas?) d'une manière telle que nous puissions savoir avec certitude que c'est bien lui qui se révèle (et pourquoi ne le
ferait-il pas, compte tenu de la faiblesse de notre condition qu'Il connaît mieux que personne?), la juste attitude consisterait à étudier à fond les religions qui prétendent avoir reçu
une révélation du Dieu vivant. Or, il n'y en a pas 150! Il n'y en a que 3 : le judaïsme, le christianisme et l'islam. La logique voudrait que donc l'on commence par étudier le judaïsme - qui est
historiquement le premier peuple à avoir prétendu recevoir une révélation du Dieu Unique. Et que l'on cherche à vérifier l'authenticité de cette Révélation - ce que fait magistralement Claude
Tresmontant dans l'ouvrage précité.


 


Vous dites que Dieu nous a donné une intelligence pour "accepter notre ignorance". Là encore, je vous invite à la logique : si Dieu nous a donné une intelligence, c'est bien plutôt
pour connaître. Car l'intelligence est faite pour connaître, non pour ignorer. Cette confiance en la capacité de la raison de faire reculer l'ignorance est d'ailleurs le moteur de
toute recherche scientifique et de tout progrès.


 


Il y a certes des limites à notre intelligence. Et c'est sans doute la raison pour laquelle Dieu s'est révélé : pour nous donner accès à une connaissance de Lui que nous aurions été incapables de
découvrir par nous-mêmes, avec notre seule intelligence. Votre démarche montre assez bien que lorsque l'on a établit rationnellement que Dieu existe, on n'est pas plus avancé sur la question de
savoir QUI Il est. Connaître l'existence de Dieu, ce n'est pas encore connaître Dieu. Où l'on voit que la foi est un mode de connaissance qui nous donne accès à des vérités
certes inaccessibles de soi à la seule raison - que nous ne pouvons que croire sur la parole de Dieu qui se révèle - mais que nous pouvons penser et comprendre a posteriori avec
notre intelligence - et c'est là le travail de la théologie. Preuve s'il en est que les mystères de la foi ne sont pas inintelligibles ni irrationnels, et que la foi, loin de contrarier
la raison, l'élève et la sublime.



corsi 03/09/2011 23:35



ce qui prouve d'une façon absolue l'intervention d'une entité supérieure dans la naissance de l'univers et de la vie .


ce qui ne veut pas dire que cette entité nous accorde une seconde vie , qui plus est éternelle , il faut se résigner à mourir pour connaitre la vérité



Matthieu 04/09/2011 13:23



C'est là une pétition de principe qui ne repose sur rien - si ce n'est sur votre propre jugement.


 


Si Dieu a créé l'univers, s'il a donné la vie à l'homme, on peut légitimement penser que c'est pour toujours - car Dieu serait bien sadique de nous donner la vie... pour nous la reprendre
ensuite!


 


La Révélation biblique confirme cette intuition : notre Dieu est le Dieu non pas des morts, mais des vivants. La mort est un "accident" de parcours, causé par le péché de nos premiers parents -
et non le résultat de la volonté de Dieu. La volonté de Dieu est que nous vivions pour toujours, et que nous partagions sa vie bienheureuse. Dans l'Ancien comme dans le Nouveau Testament, Dieu
nous promet la Vie éternelle - non certes pas l'éternité de cette vie présente, mais une éternité "de délices", dans une "terre nouvelle et des cieux nouveaux", où il n'y aura plus de souffrance
ni de mort, et où il ne se fera plus aucun mal ; où les effets du péché originel auront été définitivement réparés.


 


Jésus-Christ, le Fils de Dieu fait homme, est mort et ressuscité pour cela : pour restaurer la Création déchue par la désobéissance d'Adam, et pour nous introduire dans la vie nouvelle des
enfants de Dieu - une vie impérissable et éternelle qui est déjà commencée (dont nous recevons le germe au baptême), mais qui éclora pleinement à la fin des temps, lorsque le Christ reviendra
pour la résurrection finale ; tous alors, nous ressusciterons dans notre chair, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la mort éternelle - qui n'est pas un anéantissement, mais une
damnation (une séparation définitive d'avec Dieu).



Pierre Bothy 28/08/2011 05:02






Pierre BOTHYPhilosophe socialiste et écologiste chrétien.


33, aux Trois Bonniers,   5020 
VEDRIN-NAMUR, Région wallonne, BELGIQUE-EUROPE.


Tél. : 032 / 081-21 11 58    
GSM : 0485 62 18 51.


Mail : pierre.bothy@base.be


http://www.philosophie-socialiste-ecologiste-chretienne.be/


Fondateur de la


« Philosophie de La Vérité, de La Vie, de La Voie et de
l’Amour. »©



 



««« Chers Amis Lecteurs : Vous trouverez dans ma modeste philosophie, des renseignements précieux que vous ne trouverez nulle part, dans aucune philosophie, dans
aucune religion.



êê
Si vous voulez y voir clair dans tout « cet Embrouillamini diabolique » créé à dessein par des philosophes pervers ou des Pharisiens hypocrites, je peux tout clarifier,  je peux vous guider gracieusement dans toute la Lumière aux plus hauts Degrés.      P.B.


 



êê



Présentation

  • : Totus Tuus
  • : A Jésus par Marie - Un site catholique pour apprendre à connaître et aimer Dieu de tout son coeur et de toute son intelligence.
  • Contact

Cher ami lecteur, tu es le e visiteur. La Paix soit avec toi. 

Ecouter un enseignement sur la foi catholique

Vous rendre sur le blog ami dédié à Claude Tresmontant

Visiteurs actuels