Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 11:29

Dans cette remarquable vidéo, Arnaud Dumouch nous explique pourquoi la dénonciation des 19 "intellectuels" catholiques est sans fondement. Une réponse profondément évangélique.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 12:16

 "Je te bénis pour m’avoir jugé digne de ce jour et de cette heure, digne d’être compté au nombre de tes martyrs ... Tu as gardé ta promesse, Dieu de la fidélité et de la vérité. Pour cette grâce et pour toute chose, je te loue, je te bénis, je te glorifie par l’éternel et céleste Grand Prêtre, Jésus-Christ, ton enfant bien-aimé. Par lui, qui est avec Toi et l’Esprit, gloire te soit rendue, maintenant et dans les siècles à venir. Amen"
Saint Polycarpe

Le 19 avril 2019, Vendredi saint, quelques jours avant le massacre du jour de Pâques au Sri Lanka (320 morts, dont au moins 45 enfants et adolescents, et environ 500 blessés), une statue de Notre-Dame s'est mise à pleurer à l'église Saint-Philippe-Neri de Katukurunda (Kalutara, Sri Lanka).

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.

Partager cet article

Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 06:00

 

Partager cet article

Repost0
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 11:38

Partager cet article

Repost0
19 avril 2019 5 19 /04 /avril /2019 14:00

 

Partager cet article

Repost0
17 avril 2019 3 17 /04 /avril /2019 10:58

Homélie prononcée par Mgr Michel Aupetit lors de la Messe Chrismale célébrée en l'église Saint Sulpice, le 17 avril 2019

Notre chère cathédrale est à genoux. Nous savons bien qu’elle est bien autre chose qu’un tas de pierres. Toutes les réactions du monde entier le montrent. Car quelle est la différence entre un tas de pierres et une cathédrale ? C’est la même différence qu’entre un amas de cellules et une personne humaine. Un tas de pierres et un amas de cellules ne sont qu’un amoncellement informe. Dans une cathédrale ou une personne humaine, il y a un principe d’organisation, un principe d’unité, une intelligence créatrice. L’autre chose qui unit la cathédrale et la personne humaine, c’est l’onction qu’elles peuvent recevoir pour manifester une transcendance, une présence divine qui leur confère un caractère sacré.

Notre cathédrale Notre-Dame de Paris a reçu l’onction. En effet lors de son édification, l’autel a été chrismé, enduit de saint chrême. L’autel est le signe de la présence mystérieuse de Dieu, comme celui que Jacob construisit après sa vision des anges qui montent et descendent des cieux. Il appela ce lieu Béthel, qui signifie la maison de Dieu. L’autel, en effet, représente la présence de Dieu. La chrismation que nous faisons sur l’autel signifie la présence du Christ. Voilà pourquoi les prêtres le vénèrent en l’embrassant car c’est sur lui que se réalise le Saint Sacrifice rendu présent à chaque messe et qui sauve les hommes par le don d’amour que le Christ a fait une fois pour toutes sur la croix. C’est ce chemin de Pâques que nous célébrons à chaque Eucharistie : la mort et la Résurrection du Seigneur Jésus.

Les croix de ses murs ont été elles aussi enduites de cette huile sacrée, de cette huile que nous allons maintenant consacrer. Cette cathédrale est habitée par un peuple. Mais elle n’est pas seulement habitée par ceux qui prient ou qui la visitent. Elle est le vaisseau d’une présence. Elle est la maison de Dieu et c’est pourquoi elle est la maison de tous.

Mais nous savons surtout que notre Eglise, ce sont les pierres vivantes qui ont reçu l’onction. Ce peuple de fidèles qui, eux aussi, savent qu’ils sont le vaisseau d’une présence. Saint Paul le rappelle quand il dit aux chrétiens : « C’est vous le Temple de Dieu ».

Nous allons rebâtir la cathédrale. L’émotion mondiale, l’extraordinaire élan de générosité qu’a suscité l’incendie qui l’a en partie détruite, va nous permettre d’envisager son relèvement, nous pourrions parler en ces temps de Pâques de résurrection certaine. Mais il nous faut aussi relever l’Église. Que tous les baptisés qui ont reçu l’onction du Christ, prêtre, prophète et roi, retrouvent la ferveur de leur commencement, revivent de l’extraordinaire grâce qu’ils ont reçue un jour en devenant enfants de Dieu. Il faut aussi que l’onction qu’ils ont reçue à la Confirmation manifeste ce don plénier de l’Esprit-Saint qui est l’expression même de l’amour de Dieu. Elle doit les remplir de joie afin qu’ils construisent autour d’eux la civilisation de l’amour.

Que les prêtres, dont les mains qui touchent le corps et le sang du Seigneur ont été marquées par une onction sacrée, retrouvent le sens profond de cette suite du Christ auquel ils ont donné leur vie pour, comme lui, servir et non pas être servis. Que le seul pouvoir qu’ils possèdent jamais soit celui-là même du Christ qui donne sa vie pour ceux qu’il aime. Je sais, mes frères prêtres, que c’est ce que vous vivez déjà et que c’est cela qui fait votre joie. Et vous, frères diacres, rappelez-nous toujours par votre vie et le don de vous-mêmes dans ce service que nous sommes tous d’humbles serviteurs, en particulier ceux qui ont pour mission de nous guider en étant configurés au Christ Bon Pasteur, c’est-à-dire nous les évêques. Et vous, chers consacrés, soyez les prophètes du monde à venir.

Ensemble, frères et sœurs, avec le don de l’Esprit-Saint qui nous vient du Père par le Fils, nous rebâtirons notre Église. Confions-nous aussi à Notre Dame qui est toujours debout, même au pied de la Croix, où son fils nous l’a confiée et nous a confiés à elle, la Sainte Vierge Marie, la toute belle : Oui, Notre-Dame de Paris, priez pour nous.

Mgr Michel Aupetit,
archevêque de Paris

Partager cet article

Repost0
16 avril 2019 2 16 /04 /avril /2019 11:21

Après le terrible incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris ce lundi soir, le père Guillaume de Menthière, qui prêchait cette année les conférences de carême dans la cathédrale, nous fait part de sa réaction dans un texte magnifique.

Cette nuit n’était pas faite pour dormir. A la vue de Notre-Dame en flammes, l’émotion était trop forte, la tristesse trop intense, la prière trop nécessaire. Et dire que j’étais encore la veille prêchant sous ces voûtes millénaires où je fus ordonné il y a bientôt trente ans ! Je ne puis vous exprimer la peine qui me gagne à la pensée de cet écrin de tant de nos souvenirs heureux disparu en fumée…

Vous avouerais-je pourtant qu’à la consternation a très vite fait place en moi une sorte de reconnaissance subjuguée ? Des propos que j’avais toujours désiré entendre ont semblé jaillir comme par miracle de ce funeste événement. Au cours de ces heures angoissées, il m’a semblé, en effet, sentir le vieux coq Gaulois se réveiller de sa torpeur.

Que de magnifiques paroles unanimes les médias n’ont-ils pas relayées de manière persistante et ininterrompue ! De la part de touristes, de badauds, de journalistes, d’hommes politiques, d’ecclésiastiques, d’esthètes, de pompiers,… Des gens de tous âges, de toutes conditions, de toutes origines et de toutes croyances… Une mystérieuse communion semblait régner enfin sur ce peuple de France dont les mois écoulés avaient si tristement montré au monde le morcellement et les fractures. Cette unité qu’un message présidentiel, prévu le même soir, n’aurait probablement pas réussi à renouer, Notre-Dame, la Vierge Sainte, l’accomplissait sous nos yeux éberlués. Et si c’était encore une fois l’intervention surnaturelle de la Mère de Dieu qui redonnait à notre cher et vieux pays l’élan de l’espérance ?

Bien sûr restent l’infinie douleur de voir ces ruines désolées, l’irréparable perte de tant d’œuvres d’art, et l’abattement devant la tache colossale de la reconstruction. Pourtant en cette Semaine Sainte qui débouche sur la victoire de Pâques, les chrétiens aiment à se redire que de tout mal, Dieu peut faire sortir un bien. De quel relèvement ce désastre est-il la promesse et l’amorce ? Ces pierres dont le Seigneur nous disaient hier encore qu’elles crieraient, ne les entendons-nous pas, encore fumantes, appeler au sursaut et à la foi ?

Père Guillaume de Menthière +

Partager cet article

Repost0
15 avril 2019 1 15 /04 /avril /2019 11:40

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 22:13

Partager cet article

Repost0
9 août 2018 4 09 /08 /août /2018 18:07

Je crois en la vie.

Je crois à la dimension sacrée de toute vie humaine – de la conception à la mort naturelle.

Je crois en Dieu, le Père, qui est le Dieu de la Vie – Dieu des vivants, non pas des morts.

Je crois en Jésus-Christ, mort et ressuscité pour que les hommes aient la vie, et la vie en plénitude.

Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie.

Je crois à l’Eglise catholique qui a toujours défendu la vie et œuvré à faire progresser la cause de la vie.

Je crois au Saint Père, le Pape François, Successeur de l’Apôtre Pierre.

Je crois au bien-fondé de sa modification d'un article du Catéchisme pour obtenir l’abolition universelle de la peine de mort et faire resplendir toujours davantage l’Evangile de la vie.

Je crois que la peine de mort est une forme d’euthanasie active qui contrevient à la dimension sacrée de la vie humaine de la conception à sa fin naturelle.

Je crois que la peine de mort est inhumaine par nature (puisqu’elle détruit une vie humaine avant son terme naturel) et qu’elle est devenue inadmissible au stade actuel du développement spirituel de l’Eglise catholique (et pour d’autres raisons temporelles évoquées par le Pape).

Je crois que l’initiative du Pape est solidement justifiée par l’Ecriture Sainte : cf. Gn 4, 10-15 ; Ez 18.23 ; Jn 8. 3-8

Je crois que l’initiative du Pape s’inscrit dans le dynamisme de la Tradition catholique qui n’est pas une chose morte et figée, mais une réalité vivante qui se développe sous l’impulsion de l’Esprit Saint – selon un mouvement ininterrompu depuis plus de 2000 ans et qui paraît s’accélérer depuis Vatican II.

Je crois que cette impulsion divine nous conduit vers une meilleure intelligence de ce qu’est l'homme et un plus grand amour de la vie.

Je crois que l’Esprit Saint nous conduit vers la Vérité tout entière – qui est Amour inconditionnel de la Vie, et Amour inconditionnel des hommes, bons ou méchants.

Je crois que Dieu nous demande d’aimer tous les hommes, bons ou mauvais, comme Lui les aime, et que c’est ainsi que nous Lui ressemblerons ; ainsi, nous serons parfaits, comme Lui-même est parfait.

Je crois que Dieu se réserve le Jugement final des vivants et des morts et que ce qu’il nous demande dans l’attente de son Jour, c’est de nous aimer les uns les autres.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Totus Tuus
  • : A Jésus par Marie - Un site catholique pour apprendre à connaître et aimer Dieu de tout son coeur et de toute son intelligence.
  • Contact

Cher ami lecteur, tu es le e visiteur. La Paix soit avec toi. 

Ecouter un enseignement sur la foi catholique

Vous rendre sur le blog ami dédié à Claude Tresmontant

Visiteurs actuels